Page 1 sur 1

Omoide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte, de Isao Takahata)

Posté : lun. mars 05, 2018 10:50 pm
par phoenlx
Image

J'ouvre un topic sur ce film du grand Isao Takahata réputé très bon, comme la plupart des films du réalisateur, je ne l'ai pas vu mais je compte le faire dès que possible ^^ si vous le connaissez n'hésitez pas à commenter.
Il s'agit d'un film produit par le studio Ghibli sorti en 1991 et qui a eu beaucoup de succès. Il est basé sur le manga Omoide poro poro de Hotaru Okamoto et Yūko Tone.

synopsis :
Une jeune japonaise de 27 ans, tokyoïte, retourne vers sa campagne natale et traverse le Japon, se remémorant son enfance.

Re: Omoide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte) par Isao Takahata

Posté : lun. mars 05, 2018 11:25 pm
par Scarabéaware
Je compte le voir aussi celui-là mais je crois que j'attendrai de me récupérer le DVD parce que sinon c'est pas spécialement terrible niveau qualité de ce qu'on peut récupérer autrement :mdr:. Il me fait grandement envie :D.

Re: Omoide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte) par Isao Takahata

Posté : mar. nov. 27, 2018 9:52 am
par Bombur
Je viens de le voir, très joli film, avec une très belle représentation de la campagne japonaise, entre poésie et réalisme, mais j'ai quand même tiqué sur deux trucs.
Le premier est graphique, et peut sembler un détail, mais vraiment, ça m'a vraiment diminué le plaisir de visionnage : c'est quoi ces gigantesques fossettes de grand-mère sur Taeko (et un peu sur tous les persos, en fait, mais elle c'est vraiment abusé), Isao ??? Elle a 27 ans, pas 45 !!! Sérieux, ça me faisait sortir du film à chaque fois qu'elle riait ou souriait un peu trop fort ! J'avais limite l'impression d'être dans Le Château ambulant, avec Sophie qui change d'âge selon les émotions :lol: !

Le second est scénaristique. OK, ça fait sens pour le scénario, mais elle est quand même vachement perturbée par ses primaires, l'héroïne : elle passe toutes ses vacances à les raconter à tout le monde ! Autant le concept de revoir son passé je veux bien, autant ce focus sur les primaires (même pas, juste une année, en fait), j'ai trouvé ça assez bizarre... On attendrait de quelqu'un de son âge des anecdotes marquantes plus répartie sur les années, et surtout plus de plus récentes. Après je veux bien qu'elle ait eu un père un peu froid et cassant, mais elle ne nous est pas présentée comme une névrosée traumatisée non plus, hein. Y a un truc pas très naturel, j'ai trouvé.

Re: Omoide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte) par Isao Takahata

Posté : mar. nov. 27, 2018 11:37 am
par Scarabéaware
T'as pu le voir en assez bonne qualité, pas un espèce de truc issu du DVD que c'est pas forcément terrible à voir comme ça ? Moi je trouve que du vraiment moyen, j'aimerais voir avec de bonnes conditions :?.

Par contre dans ce que tu signales c'est quand même bizarre avec les fossettes, mais j'attends de voir :mdr:.
Hum pis son année de primaire, peut être que c'est une année qui aura été particulièrement marquante pour elle ? Il s'agit plus qu'elle se remémore son enfance, enfin bon après curieux de voir comment ça prend forme.

Re: Omoide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte) par Isao Takahata

Posté : mar. nov. 27, 2018 3:15 pm
par Bombur
Oui, très bonne qualité !

Hum pis son année de primaire, peut être que c'est une année qui aura été particulièrement marquante pour elle ? Il s'agit plus qu'elle se remémore son enfance, enfin bon après curieux de voir comment ça prend forme.
Oui, non, je veux bien, mais c'est tout de même curieux de voir une jeune femme de 27 ans passer toutes ses vacances à raconter ses primaires à des gens :lol: ...

Sinon, pour les fossettes, ça se voit déjà à moitié sur la jaquette du premier post :mdr: . Dans le film, c'est 10 fois pire...

Re: Omoide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte, de Isao Takahata)

Posté : ven. nov. 30, 2018 11:28 pm
par Scarabéaware
Bon ben je viens de le voir du coup, encore merci Bombur et puis aussi merci à Pho qui m'aura aidé pour la récup :lol: :super:.

Je l'ai bien apprécié, belle réalisation de Takahata rendant hommage à la campagne japonaise, c'est une petite ode qu'il nous fait à sa manière à évoquer également la menace qui pèse dessus avec la libéralisation et l'exode rural mais ça c'est pas typique de la campagne japonaise, ça a de quoi tous nous parler. Puis c'est aussi des allusions à l'agriculture biologique, ça forme une belle mise en valeur et ça nous est servi avec une belle esthétique du point de vue paysager, c'est assez agréable :D.

A travers Taeko qui ne va pas que se ressourcer mais passer des vacances à aider aux champs, on se prend du moment de vie à appréhender des travaux parmi tant d'autres, c'est pas mal du tout. Par contre c'est sur qu'il y a comme un soucis avec ses fossettes et parfois sur les autres, après ça ne m'aura pas particulièrement gêner mais on se demande ce qu'il a pris à Takahata de forcer ce trait sur elle. J'ai presque envie de dire que c'est pour axer un peu sur le côté vieille-fille, la jeune femme qui a déjà de l'âge et se trouve limite périmée au sein de la société japonaise mais bon, je sais pas trop, c'est un choix assez particulier quand même. Après heureusement que ce n'est pas tout le temps, elle est aussi cette belle jeune fille qui approche de la trentaine mais reste à vouloir garder son indépendance :mdr:.
Ensuite concernant la manière dont elle est obnubilée par l'année de ses 10 ans, bah c'est ballot d'en rester complètement la dessus et qu'on ait pas plus l'évocation d'autres moments de sa vie mais on a de quoi considérer que c'est probablement une année qui aura bien marquée sa vie. On la sent pas spécialement névrosée mais en fait on a de quoi sentir un blocage de sa part, elle bloque sur sa dernière année de primaire. Moi ça pourrait être mon cas aussi après tout, d'une manière différente par contre et j'ai largement dépassé ça rapidement, mais c'est plus marqué par la terreur que j'ai vécu pendant deux ans avec l'instit du CM lol, donc disons que j'ai envie de comprendre qu'elle soit si attachée à ses souvenirs, c'est pas tout le monde qui va dépasser certains moments de sa vie et plus penser à tous les autres. Bien évidemment ça peut faire bizarre mais bon d'un point de vue psychologique on pourra toujours dire que ça se tiens malgré que ce soit franchement beaucoup d'être aussi obsédé par cette année précise, c'est limite et on a de quoi réagir comme Toshio qui ne sait pas vraiment quoi répondre à tout ça.

Ces souvenirs goutte à goutte de fait on assiste ici à un dépassement qui va se produire, le déclic à passer un cap et ça sert bien le scénario finalement même s'il y a de quoi comprendre qu'on puisse tiquer la dessus. Sans être complètement névrosé, la vie est ainsi que des caps sont à passer et faut parfois remonter à l'enfance pour percer un abcès. On peut avoir grandit sans vraiment vivre sa vie, et puis un jour on se rend compte qu'il est temps d'avancer dans une certaine direction. C'est un peu comme ça que je vois, après chacun se fera son idée mais c'est quelque chose qui la travaille en tout cas.

Autrement j'aime beaucoup la chanson de fin, vraiment très belle pour terminer et c'est plutôt touchant ma foi puis ça montre bien aussi son dépassement. Sinon concernant la B.O., ce n'est pas du Joe Hisaishi mais y a tout de même une belle petit composition globale, de l'accompagnement plutôt bien ^^. Voila, je suis bien content d'avoir pu enfin voir cette belle petite œuvre de Takahata, plutôt bon somme toute :D.

Re: Omoide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte, de Isao Takahata)

Posté : sam. déc. 01, 2018 12:29 am
par Bombur
Par contre sa version 10 ans est vraiment trop mignonne :D :love: .

Re: Omoide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte, de Isao Takahata)

Posté : sam. déc. 01, 2018 11:58 am
par Scarabéaware
Oui ça c'est sur c'est bien chou :D.

Re: Omoide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte, de Isao Takahata)

Posté : mer. juin 24, 2020 4:39 pm
par Meleor

Re: Omoide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte, de Isao Takahata)

Posté : mer. juin 24, 2020 7:46 pm
par Scarabéaware
Bon beh ma foi c'est plutôt pas mal sa petite critique, par contre je suis pas tout à fait sur qu'il ait bien saisi qu'elle a passé son enfance à la campagne avant de devenir une fille de la ville qui fait un retour aux sources avant ces vacances qui lui sont accordées et qu'on en égrène quelques souvenirs. Mais bon globalement il résume pas mal autrement.