• Confinement : N'oubliez pas les gestes barrière !!

L'harmonie des sphères : quand musique et science se rejoignent

Rubrique Ciel et Espace ! Pour les passionnés d'astronomie, astrophysique, astronautique et conquête spatiale.
Règles du forum
Attention - Le flood est interdit dans cette rubrique du forum et les contrevenants s'exposent à des sanctions. Pour les discussions HS ou si vous voulez partir dans des délires entre vous, vous êtes invités à utiliser les rubriques du forum orientées bavardages où la charte est assouplie comme la taverne. Merci de votre compréhension
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349840
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

L'harmonie des sphères : quand musique et science se rejoignent

Messagepar phoenlx » jeu. mai 22, 2008 9:29 pm

Dans l'Antiquité , le savant grec Pythagore (auteur du fameux théorème qu'on apprend au collège) avait tenté d'établir un rapport entre musique et astronomie. Pythagore était un grand mathématicien, et en même temps un grand mystique.

Image

C'est à lui qu'on doit la fameuse gamme musicale composée de 6 tons et deux demi tons. Et ceci 6 siècles avant notre ère. La fascination de Pythagore pour les rapports numériques dans les harmonies musicales l'amène à tenter d'expliquer de la même manière les autres phénomènes de la nature, y compris le cosmos. Il utilise le mot "cosmos " pour désigner un univers ordonné et harmonieux.

La Terre est considérée comme un corps céleste isolé dans l'espace, au centre d'une sphère. Les planètes ne sont pas toutes à la même distance de la terre, posées sur des anneaux circulaires opaques. L'ordre des planètes fait appel à une hiérarchie fondée sur la mythologie, dans l'ordre : Terre - Lune - Vénus - Mercure - Soleil - Mars - Jupiter - Saturne - puis la sphère des Fixes (les étoiles). Une fois cet ordre établi, il faut donner des distances. La méthode va donc consister à deviner la loi des distances plutôt que de la calculer, suivant le principe de Pythagore.


Etant donné qu'il y a autant d'intervalles musicaux qu'il y a de planètes, Pythagore envisage de placer celles-ci suivant les rapports harmoniques. Les sept planètes sont donc vues comme les sept cordes d'une lyre. En fixant la valeur du ton comme étant égale à la distance Terre - Lune, les Pythagoriciens établissent ainsi la première échelle planétaire. D'après eux toutes les planètes, y compris le soleil et la lune, tournent autour de la Terre à vitesse constante suivant des orbites obéissant aux mêmes rapports numériques que la gamme. Chacune d'elle produit un son correspondant au si pour Saturne, do pour Jupiter, ré pour Mars, mi pour le soleil, fa pour Mercure, sol pour Vénus et enfin la pour la Lune.

L'école pythagoricienne est la première à envisager ainsi un rapport subtil entre astronomie et musique et cette philosophie prévaudra pas mal de siècles , notamment à travers les écoles de Cicéron, Boèce (qui envisagent quelques variantes avec notamment les attributions des notes de musique à telle ou telle planète qui change) puis durant le Moyen Age, ou l'astronomie , COMME la musique , étaient des branches des mathématiques. En effet jusqu'à la Renaissance, les mathématiques comprennent :
- L'arithmétique,
- La musique,
- La géométrie,
- L'astronomie.
C'est " le quadrivium ". La conception même d'un lien entre les planètes et la musique ne peut avoir de sens que par une approche de l'acoustique.

Dans le domaine de la science des sons, les Grecs n'ont produit que deux traités majeurs : La division du canon, d'Euclide, et Les harmoniques, de Ptolémée.
Dans le second, les différentes théories musicales sont soigneusement analysées et comparées à l'harmonie des sphères, conformément aux théories pythagoriciennes.


Après la renaissance, et notamment avec la remise en cause du géocentrisme par Copernic (qui envisage dès lors que la Terre n'est plus le centre, lequel devient le Soleil) , ces conceptions vont peu à peu s'effondrer. Mais ce qui pose surtout problème à la renaissance (et qui pousse Copernic à revoir le système) estsurtout la multiplications des sphères autour de la Terre, que les astronomes rajoutent durant tout le Moyen âge afin de tenir compte plus finement des mouvements des astres. Si la base pour expliquer les mouvements célestes reste la théorie de Ptolémée, cette dernière aboutit à des mécanismes de plus en plus complexes.

En effet durant le Moyen Age (et ceci est pour beaucoup du à l'impact de la vision chrétienne sur la géométrie de l'Univers) , les neuf cordes de la lyre céleste imaginées sous Pythagore augmentent jusqu'au nombre 15 pour expliquer, au-delà des planètes, le Ciel, les Puissances, les Principautés, les Dominations, Trônes, Chérubins et autres Séraphins, pour aboutir à Dieu. de plus le système se complexifie sans cesse pour expliquer plus finement les véritables mouvements des planètes observées.


La vieille théorie de Philolaos qui faisait de la Terre un astre mobile et sonore revient à la mode vers la fin du Moyen Age et est reprise en 1453 par Copernic qui place le Soleil au CENTRE.

Image
source

A cette époque la quête d'harmonie idéale correspond, sur le plan technologique, au développement de l'horloge, mère de toutes les machines. L'univers n'est qu'une vaste horloge mise en place par le Créateur … La musique est alors soumise aux impératifs rythmiques.


La révolution copernicienne entraîne la perte de notre anthropocentrisme : la Terre n'est plus qu'une planète comme les autres, tournant autour du Soleil.

Léonard de Vinci consacre un chapitre de ses travaux afin de savoir " si le frottement des cieux fait son ou non " et apporte des arguments pour réfuter la théorie.


Plus tard, Johannes Kepler hérite des documents de Tycho Brahé, énoncera les lois relatives au mouvement des planètes. Kepler attribue au soleil une fonction motrice, et il anime les planètes sur une orbite elliptique et non plus circulaire. ( cf les fameuses lois de Kepler qu'on apprend en cours de Physique en Terminale)

Insatisfait, il recherche l'harmonie des sphères dans l'harmonie musicale, mode mathématique qui a le plus de chances d'être le fil conducteur vers la compréhension des intervalles planétaires. Dieu est architecte et géomètre mais il est aussi surtout musicien, donc il ne peut en être autrement ! Ce Dieu musicien doit donc attribuer à chaque planète une phrase musicale qui lui soit propre puisque, selon la tradition, chaque planète est vivante et douée d'une âme.

Selon Kepler la vitesse angulaire de chaque planète, dans son mouvement autour du Soleil, mesurée en secondes de degré par jour, fournit le nombre de vibrations de chaque son. Sur une orbite elliptique, la vitesse de chaque planète n'est pas constante et ce son décrit une phrase d'autant plus étendue que l'ellipse de l'orbite est allongée. La note fondamentale correspond à l'aphélie (distance maximale par rapport au Soleil).
Kepler arrive ainsi à obtenir les mélodies de base de chacune des planètes, les notes de la Terre pouvant être simplement mi, fa, mi, fa, …)

je poste une petite vidéo de l'astronome Jean-Pierre Luminet qui en parle (l'autre astronome qui parle dans la vidéo est Dominique Proust, qui s'est beaucoup penché sur le rapport musique / astronomie et qui est lui-même musicien ! :mrgreen: )

https://www.youtube.com/watch?v=ScNsIviP3uk

Le résultat des travaux de Kepler est Harmonices mundi est publié en 1619. Ci-dessous : exemple de page

Image

Je zappe les détails mais je prend un peu tous ces exemples pour montrer comment dans l'esprit de pas mal d'astronomes, le ciel et la musique avaient un grand lien et comment leurs réflexions musicales et astronomiques s'influencèrent mutuellement : Certaines théories et découvertes en astronomie le furent sur la base de réflexions sur l'acoustique, et je trouve cette idée assez élégante (aujourd'hui encore, certains physiciens réfléchissent sur les sons produits par les cordes vibrantes et échafaudent ce qu'on la théorie des cordes en Physique en s'inspirant de ces considérations, mais je n'entrerai pas dans certains détails complexes ici.

Je poste une émission radio avec Dominique Proust très intéressante sur ce sujet




France Culture, "Les vivants et les dieux", par Michel Cazenave, émission diffusée en 2001. Mise en ligne sur la chaîne "Résonance[s] avec l'amical accord de Michel Cazenave.

Michel Cazenave (né le 9 juin 1942 à Toulouse), est un philosophe et écrivain français, spécialiste de l'œuvre de Carl Gustav Jung. Il est engagé, dès ses années d'études, dans le gaullisme de gauche. Il a été secrétaire général de l'Union démocratique du travail.

Ancien élève de l'École normale supérieure, il consacre une grande part de son activité à la production d'émissions sur la pensée philosophique et la spiritualité, collaborant entre autres aux Océaniques de FR3. De 1977 à 1997, il a été conseiller à la direction de France Culture pour la coordination des programmes.

Entre 1997 et 2009, il a produit sur cette radio l'émission Les vivants et les dieux [archive], diffusée le samedi en fin de soirée.

Il a reçu en 1997 le grand prix de la SCAM pour l'ensemble de son œuvre radiophonique.

Site personnel : http://www.michelcazenave.fr


Je poste aussi une autre émission sur le rapport cosmos / ordre, avec Jean-Pierre Verdet, astronome qui a écrit des ouvrages très poussés sur l'histoire de l'astronomie - j'en ai d'ailleurs un qui est très bon :mrgreen: - et Dominique Cassé)
émission animée par Michel Cazenave

https://www.youtube.com/watch?v=LepCXtJmMtU
France Culture, "Les vivants et les dieux", par Michel Cazenave, émission produite, conçue et présentée par Michel Cazenave. Mise en ligne sur la chaîne "Résonance[s] avec l'amical accord de Michel Cazenave.

Michel Cazenave (né le 9 juin 1942 à Toulouse), est un philosophe et écrivain français, spécialiste de l'œuvre de Carl Gustav Jung.

Il est engagé, dès ses années d'études, dans le gaullisme de gauche. Il a été secrétaire général de l'Union démocratique du travail.

Ancien élève de l'École normale supérieure, il consacre une grande part de son activité à la production d'émissions sur la pensée philosophique et la spiritualité, collaborant entre autres aux Océaniques de FR3. De 1977 à 1997, il a été conseiller à la direction de France Culture pour la coordination des programmes.

Entre 1997 et 2009, il a produit sur cette radio l'émission Les vivants et les dieux, diffusée le samedi en fin de soirée.

Il a reçu en 1997 le grand prix de la SCAM pour l'ensemble de son œuvre radiophonique.

Site personnel : http://www.michelcazenave.fr


Quelques années après Kepler, Galilée s'attache également à établir un lien entre ses préoccupations astronomiques et ses recherches en matières musicales sous l'influence de son père, Vicenze Galilei (1520 - 1591). Organiste et compositeur, Vicenze eut Zarlino pour maître ; ses compositions inspirèrent Frescobaldi et Vivaldi.

Pour ceux qui veulent écouter un petit morceau pour orgue du père de Galilée, voici un exemple :mrgreen: https://www.youtube.com/watch?v=f2lh8RcLMsE

Par la suite, si le divorce est définitivement consommé entre l'astronomie et l'harmonie, les planètes et les étoiles ont inspiré de nombreux musiciens et des témoignages de l'état des recherches se trouvent souvent traduit en musique. Pour citer quelques exemples, l'oratorio "la Création " de Joseph Haydn est inspiré des travaux de William Herschel qui a émis l'hypothèse d'une explosion originelle de l'univers et des théories d'Emmanuel Kant. " Und es werde licht ! ".

Cliquez ici pour l'écouter

Image
William Herschell : musicien et astronome


Zodiaque et instruments de musique


Les trajectoires apparentes des planètes ont la particularité de traverser toujours les mêmes constellations. Celles-ci traditionnellement au nombre de douze forment le zodiaque En réalité, il conviendrait d'en ajouter une treizième, Ophiuchus (ou serpentaire) mais l'évocation astrologique du chiffre 13 fut de nature à effrayer suffisamment Ptolémée qui préféra oublier cette dernière constellation.

La tradition a associé douze instruments de musique à chaque constellation. Sans attendre la Renaissance qui marque l'apogée de l'influence astrale sur l'iconographie musicale, de nombreux indices révèlent les liens puissants unissant le zodiaque et les instruments de musique.
La collégiale de Saint Bonnet le Château (près de Saint Etienne) nous en fournit un exemple. Les voûtes et les murs de la crypte sont décorés de fresques représentant, par leurs signes symboliques, les douze constellations du zodiaque. A chacune d'elle est associé un instrument de musique ou un ange musicien.

Au Verseau correspond le luth,
Aux Poissons, la mandore,
Au Bélier, le psaltérion,
Au Taureau, le clavicorde
Aux Gémeaux, la cornemuse,
Au Cancer, le carillon,
Au Lion, le cornet droit (cornetto dolce)
A la Vierge, le cornet gauche (cornet à bouquin)
A la Balance, l'orgue,
Au Scorpion, la harpe,
Au Sagittaire, la gigue (viole de gambe),
Et au Capricorne, la vièle.

Pour les fans du forum et pour évoquer un peu la pop culture moderne, en pensant à ce rapport entre zodiaque et musique (et harmonie) ça m'a fait un peu penser dans Saint Seiya aux moments où les armures d'or résonnent (on peut en parler dans le topic à part !)

Pour ceux qui veulent approfondir ce thème du rapport musique / astronomie, je signale le site web que j'ai en partie repris pour ce petit exposé (en réduisant un peu le texte ) :
http://pagesperso-orange.fr/organ-au-lo ... pheres.htm

Et je conseille aussi les ouvrages de l'astronome Dominique Proust : c'est un peu en visionnant un jour une émission sur l'astronomie que je l'ai vu parler de ce rapport entre la gamme musicale et les planètes chez Pythagore et ça m'a titillé ; Apparemment il a consacré beaucoup de ses recherches à tout ça. Il est lui-même à la fois astronome et organiste à l'Eglise Notre-Dame de l'Assomption à Meudon.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Proust

Il a écrit entre autre L'harmonie des sphères aux éditions du Seuil en 2001
(voir plus haut)
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349840
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: L'harmonie des sphères : quand musique et science se rejoignent

Messagepar phoenlx » sam. juin 24, 2017 4:46 pm

Je renvoie aussi vers ce topic de la rubrique Musique du forum, sur le rapport Musique / Mathématique ! viewtopic.php?f=92&t=18843
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349840
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: L'harmonie des sphères : quand musique et science se rejoignent

Messagepar phoenlx » sam. juin 24, 2017 5:11 pm

en fait l'émission radio que 'ai posté plus haut n'est pas celle indiquée par le titre (l'auteur s'est trompé) mais je vous conseille de l'écouter aussi ça parle de thèmes assez proches, de la viison pythagoricienne, ptoléméenne, platonicienne et du rapport du cosmos à l'ordre, à la beauté (et un peu à la musique aussi)

mais pour une émission plus proche de ce thème, je poste celle-ci :



France Culture, "Les vivants et les dieux", par Michel Cazenave, émission diffusée en 2001. Mise en ligne sur la chaîne "Résonance[s] avec l'amical accord de Michel Cazenave.

Michel Cazenave (né le 9 juin 1942 à Toulouse), est un philosophe et écrivain français, spécialiste de l'œuvre de Carl Gustav Jung. Il est engagé, dès ses années d'études, dans le gaullisme de gauche. Il a été secrétaire général de l'Union démocratique du travail.

Ancien élève de l'École normale supérieure, il consacre une grande part de son activité à la production d'émissions sur la pensée philosophique et la spiritualité, collaborant entre autres aux Océaniques de FR3. De 1977 à 1997, il a été conseiller à la direction de France Culture pour la coordination des programmes.

Entre 1997 et 2009, il a produit sur cette radio l'émission Les vivants et les dieux [archive], diffusée le samedi en fin de soirée.

Il a reçu en 1997 le grand prix de la SCAM pour l'ensemble de son œuvre radiophonique.

Site personnel : http://www.michelcazenave.fr
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

Aries Phoenix
La montagne du destin
La montagne du destin
Avatar du membre
Messages : 28627
Enregistré le : mar. avr. 23, 2013 1:37 pm
Localisation : Jamir (Tibet), Au cœur du Volcan (Santa Lucia), Nivelles (Belgique)
Gender :

Re: L'harmonie des sphères : quand musique et science se rejoignent

Messagepar Aries Phoenix » sam. juin 24, 2017 6:28 pm

Excellent topic ! Bravo Pho.

Mais je m'interroge sur une chose... Il y a une singularité (le loup si je me souviens) dans les gammes. Il y avait un écart de quelques Hz entre la note théorique et la note employée quand on cyclait sur les 12 notes. Comment une telle singularité pourrait-elle s'inscrire dans l'astrophysique ? Je conçoit qu'il y ait un rapport entre le mouvement des planètes et les notes, vu qu'il s'agit de mouvements périodiques, s'influant les uns les autres, bref ça me semble coller. Mais alors il faudrait employer une harmonie parfaite, ce que les instruments réels ne produisent pas (on triche sur les accordages d'une manière ou d'une autre pour que ça sonne juste).
Image

Le bonheur ne se poursuit pas, il se trouve

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349840
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: L'harmonie des sphères : quand musique et science se rejoignent

Messagepar phoenlx » sam. juin 24, 2017 6:53 pm

oui ba la singularité dont tu parles c'est exactement ce qui est expliqué dans cet autre topic :mrgreen: https://www.les-ailes-immortelles.net/f ... 92&t=18843
et dans la vidéo que j'ai posté (à lire aussi le lien qu'a posté Bélier Aries hier qui revient sur ce thème) l'harmonie des notes des musiques n'est en effet pas parfaite.

après pour l'autre partie de ta remarque (et question) : comment est-ce que du coup ça pourrait coller si on fait un parallèle musique (et notes) et planètes, je pense que la réponse est toute simple : justement ça ne colle pas :mrgreen:
De toute façon, il faut bien comprendre que même sans cette histoire de loup, de nos jours cette conception pythagoricienne d'harmonie des sphères est vieillote, dépassée, elle date d'une époque où la vision du monde et de la structure de l'univers était radicalement différente ( la vision ptoléméenne et aristotélicienne) de l'eau a bien coulé sous les ponts.

Mais ce qui moi m'intéresse, me fascine, c'est que la science moderne semble réinventer cette idée d'une manière différente, quand on pense par exemple à la théorie des cordes en Physique, et si on voit les particules comme des sortes de petites cordes vibrantes (des cordes d'espace-temps repliées sur elles-même et qui vibrent) ça voudrait dire que fondamentalement, tout dans l'univers serait ultimement rattachable à ça, à des .. vibrations, comme des cordes de musiques qui produisent la diversité des sons (ici on aurait la diversité de particules, induisant toute la complexité de l'univers)

c'est fascinant et intriguant je trouve, c'est évidemment une harmonie différente de l'harmonie des sphères au sens de Pythagore (au sens des parallèles planètes / notes de musique, mais on en revient décidément encore à cette idée qu'il y aurait un ordre harmonieux au fondement même du cosmos, de la création, une espèce de musique secrète, de mélodie secrète (pour reprendre le terme de Trin Xuan Thuan dans son fameux livre :mrgreen: ) Tout ça m'évoque décidément beaucoup Tolkien évidemment, même si chez Tolkien c'est une vision beaucoup plus explicitement chrétienne je trouve, avec des entités qui rappellent clairement le Dieu monothéiste (Eru), des anges (les ainur) etc. Mais la Grande Musique originelle qui donne naissance à l'univers (à mettre en parallèle avec le Big Bang) se retrouve ensuite dans la création, elle baigne toute chose (les elfes peuvent la ressentir en observant la mer etc)

cette notion je pense irrigue depuis longtemps les religieux, les mystiques, les poètes, les musiciens, et même sans doute les scientifiques y compris beaucoup de scientifiques modernes malgré tout le cheminement scientifique qui semble aller de plus en plus vers une séparation du religieux et du mystique, du religieux et du métaphysique. Je pense que cette idée d'un ordre cosmique sous-jacent et ultime irrigue encore pas mal d'esprits (en tout cas moi l'idée me plait)
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

Aries Phoenix
La montagne du destin
La montagne du destin
Avatar du membre
Messages : 28627
Enregistré le : mar. avr. 23, 2013 1:37 pm
Localisation : Jamir (Tibet), Au cœur du Volcan (Santa Lucia), Nivelles (Belgique)
Gender :

Re: L'harmonie des sphères : quand musique et science se rejoignent

Messagepar Aries Phoenix » sam. juin 24, 2017 9:52 pm

Le fait que tout soit une onde, c'est un peu le postulat de la physique ondulatoire justement :mrgreen: Donc, j'imagine que toute cette vibration se produise en fait dans le vide (cf ton autre topic), que rien n'ait de "solidité", que tout ne soit que variante du vide, mais macroscopiquement donne lieu à des phénomènes tangibles, palpables, observables...
La théorie des cordes, apparemment, ça divise pas mal. C'est surtout un outil mathématique qui pourrait permettre d'aboutir à la théorie du Tout si je ne m'abuse... Mais tellement complexe qu'elle demeure invérifiable...
Image

Le bonheur ne se poursuit pas, il se trouve

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349840
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: L'harmonie des sphères : quand musique et science se rejoignent

Messagepar phoenlx » dim. juin 25, 2017 11:33 am

oui elle est très peu facilement testable
tout ça me laisse aussi bien pensif
j'aimerais bien vivre avant ma mort une nouvelle grande révolution de la physique comme celle du début du 20ème siècle, en ce moment je trouve qu'il y a des choses qui se passent, la découverte du Boson de Higgs etc, mais au niveau des concepts, on patine depuis des années alors que plein de problèmes se posent
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349840
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: L'harmonie des sphères : quand musique et science se rejoignent

Messagepar phoenlx » mar. juin 27, 2017 2:52 pm

je ne savais pas où poster ça mais ça fera un magnifique intermède musical à ce topic
il s'agit de l'astrophysicien français Jean Pierre Luminet (spécialiste bien connu des trou noirs, connu pour ses théories sur l'univers chiffonné et ses travaux sur la topologie de l'univers entre autre, grand vulgarisateur aussi et conférencier) en train d'interpréter ici deux nocturnes de Chopin :D



Concert donné à la Halle St Pierre (Paris) en mai 2011. L'astrophysicien Jean-Pierre Luminet, pianiste amateur, interprète
Frédéric Chopin: Deux Nocturnes op. posthume en ut mineur et ut dièze mineur.
(Enregistrement et interprétation de médiocre qualité).
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349840
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: L'harmonie des sphères : quand musique et science se rejoignent

Messagepar phoenlx » sam. nov. 09, 2019 9:22 pm

une belle conférence de l'astrophysicien Jean-Philippe Uzan sur le thème du topic !

Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349840
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: L'harmonie des sphères : quand musique et science se rejoignent

Messagepar phoenlx » dim. nov. 10, 2019 3:56 pm

je suis en train de regarder la conférence qui précède, fascinante !!!
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici


Retourner vers « Astronomie, Ciel et Espace »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité