• Confinement : N'oubliez pas les gestes barrière !!

Les univers parallèles - Le multivers

Rubrique Ciel et Espace ! Pour les passionnés d'astronomie, astrophysique, astronautique et conquête spatiale.
Règles du forum
Attention - Le flood est interdit dans cette rubrique du forum et les contrevenants s'exposent à des sanctions. Pour les discussions HS ou si vous voulez partir dans des délires entre vous, vous êtes invités à utiliser les rubriques du forum orientées bavardages où la charte est assouplie comme la taverne. Merci de votre compréhension
Doctor Jones
Elros et Elrond
Elros et Elrond
Avatar du membre
Messages : 16350
Enregistré le : sam. janv. 29, 2005 12:06 pm

Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar Doctor Jones » jeu. févr. 08, 2007 1:11 pm

J'ai trouver ces 3 théories sur un forum.

Les univers dits "quantiques" : un univers parallèle se créer à chaque je dirai "choix multiples" que nous propose la vie ; exemple, vous allez chez un ami, vous rentrez chez lui, trois solutions (mais il peut évidemment en exister bien plus) : il est là et il vous accueille, il est absent ou encore seule sa mère est présente ; c'est alors autant d'univers parallèles qui se sont créés .

Les univers appelés "bulles" : vous connaissez les trous noirs non ? On en voit à tire-larigot dans Stargate, et bien, figurez-vous que, pour certains scientifiques, ils seraient la clé des univers parallèles. En effet, chacun d'entre eux se trouverait être l'entrée à un univers parallèle distinct.


La théorie de l'"horizon" : cette théorie est celle la plus probable, de facto, ces univers parallèles existeraient dans notre univers, malheureusement, ils ne pourront certainement jamais être atteints (pour écourter je ne donne pas l'explication, sachez seulement que ça a un rapport direct avec la lumière et sa vitesse), et il s'en créerait des nouveaux (donc notre univers grandirait) de façon régulière.

Votre avis ?

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. févr. 08, 2007 5:54 pm

C'est intéressant toutes ces théories mais assez troublant j'avoue d'imaginer qu'il y aurait plein d'univers parallèles déconnectés du notre !!

Pour les trou noir ouvrant vers des dimensions parallèles c'est une hypothèse souvent reprise dans la science fiction c'est le fameux concept des trou de vers (l'idée c'est que les trou noirs de part leur masse ultra grande génèrent une faille dans l'espace temps, laquelle faille serait reliée par un trou de ver à un autre point de l'univers (parfois appelé trou blanc) mais il n'y a aucune preuve expérimentale qui corrobore leur existence de manière sûre, c'est juste des spéculations un peu folles issues des calculs des astrophysiciens à partir de la théorie relativiste et des hypothèses qu'on se fait sur les trou noir, parfois je me dis qu'ils vont très loin et je ne sais pas si on pourra un jour valider ces théories par l'expérience, ça paraît très chaud. C'est pas demain la veille (encore moins qu'on pourra à mon avis utiliser ces trou de ver par exemple pour la navigation spatiale comme dans des séries style star trek ou des romans style L'aube de la nuit et compagnie :mrgreen: ! )

Pour l'univers quantique (idée que l'univers se divise à chaque instant) c'est un peu fou à imaginer aussi ça voudrait dire qu'à chaque instant en fait l'univers se démultiplie c'est comme des branches, il y aurait une ramification à l'infini de la réalité ( je me plais à imaginer un autre moi-même dans une dimension parallèle qui ne sait pas que j'existe, que je ne rencontrerai jamais - car il n'y a sans doute aucune connexion possible entre les deux univers- c'est un truc de fou mais pourquoi pas :lol: )

Image

L'idée d'univers bulle provient de là je crois, on aurait des univers qui donnent naissance à d'autres univers, et ainsi de suite à l'infini, un peu comme des bulles. C'est très spéculatif, c'est presque du domaine de la métaphysique tout ça car comme c'est quasment non prouvable, pour le moment du moins, ça semble être à la frontière de la définition de la science, mais c'est fascinant. D'après certains scientifiques c'est peut-être une représentation correcte de la réalité donc c'est pas non plus des délires pseudo-scientifiques, c'est des idées de scientifiques un peu folles et pour le moment non prouvées mais à prendre avec sérieux tout de même;

En gros à chaque instant donc l'univers se dédouble. je fais une action ---> ca donne un univers A où phoenlx a fait cette action, mais il y a aussi un autre univers qui émerge au même instant ou je fais une autre action etc :mrgreen:

Par contre il y a un truc qui me gêne (mais c'est personnel et lié à ma lecture philosophique de la nature je dirais :penseur: ) c'est que si je me mettais à croire à cette théorie , définitivement j'abandonnerais sans doute l'idée de Dieu :mrgreen: !!! ( alors qu'au contraire j'y crois mais dans un sens immanentiste pour ma part :mrgreen: )

J'aime à penser que dans l'univers tel qu'il existe et qui nous entoure il existerait une espèce de "sens" à l'échelle de l'univers, je n'aime pas le terme de finalité, mais en tout cas une sorte de hasard "déterministe" , hasard qui serait orienté par quelque chose (appelons le Dieu , j'en parlais à stephane l'autre fois, ce terme de Dieu est connoté donc j'hésite aussi à l'employer mais il est commode ) en tout cas " quelque chose " qui sous-tendrait la nature, quelque chose de mystérieux et qui aurait peut-être permis à la conscience humaine d'émerger "grace" à une "orientation" de l'histoire de l'univers puis de la Terre et de la vie sur Terre .. Mais bon j'exprime ici ma vision du truc. Je suis assez proche de l'idée exprimée par Trin Xuan Thuan dans le livre La mélodie secrête et sa fameuse parabole de l'archer, et sans verser dans un déisme primaire façon déisme des religions classiques, en tout cas je ne me reconnais pas dans une vision absolument "froide" de la nature, genre absence totale de Dieu, de quelque chose qui "pousserait" la matière à s'organiser, que tout serait l'oeuvre du hasard etc, j'ai tendance à croire, j'aime croire ne tout cas qu'il y a "quelque chose" mais j'avoue que ma pensée évolue sans cesse à ce propos :mrgreen: je pense qu'il y a quelque chose de mystérieux dans la nature, qui pour le dire vite "provoque" sans doute la vie sur Terre, ou du moins qui favorise le fait que l'univers acquière les propriétés requises (donc qui "oriente" l'univers primitif, les forces fondamentales etc. Mais j'avoue que quand je pense à ces univers parallèles, ça me fait justement cogiter, s'ils existent. Là pour le coup il faudrait revoir complètement cette vision que j'ai car .. dans le fond, on aurait une infinité d'univers peut-être sans vie sans rien, peut-être même certains qui meurent d'un coup, on serait en gros dans l'univers "gagnant" mais quelque part c'est élégant aussi comme idée.

En effet si on se place tout a coup dans un univers qui se démultiplierait, ça change complètement les choses je trouve. ca voudrait dire en effet que l'univers tel qu'on le connait qui nous entoure avec l'homme etc c'est un parmi d'autres possibles (et les autres possibles existent un peu en quelque sorte, quelque part !!!! ) c'est un truc de fou :mrgreen: PERSONNELLEMENT je suis donc à la fois fasciné par cette idée mais un peu gêné pour des raisons philosophiques qui sont tout à fait personnelles. Je suis en tout cas très curieux et j'aimerais bien de mon vivant que cette question soit tranchée mais j'en doute. j'ai toujours cru plutôt en un Univers unique, réglé un peu comme une horloge pour que la vie finisse par émerger, là ce serait une toute autre approche, on serait en gros un parmi une infinité d'univers qui a permis à la vie et la conscience d'apparaître. notre existence là ici même à cet instant ne serait plus aussi fascinante que ça, puisqu'en quelque sorte, il y a aussi sans doute des milliards d'univers où nous n'existons pas ....

Mais pourquoi pas ! après on peut aussi si on est complètement fou imaginer qu'ils puissent communiquer entre eux (j'imagine que ça a du être exploité dans des films de science fiction, je me souviens d'un certain navet , The one je crois, le film était naze , il me semble que c'était avec Jet Li, mais il y avait très vaguement ce concept derrière !! genre le type se balladait dans plein d'univers parallèles :lol: )

Mais il se pourrait que ce soit ainsi que la réalité fonctionne ; si on regarde ce que dit la physique quantique sur l'aspect ondulatoire de la lumière, l'aspect flou des particules en terme de positionnement dans l'espace temps (une particule est à la fois à un endroit donné et à un autre , ce qu'illustre la fameuse métaphore du chat de Schrödinger ^^ ) c'est une hypothèse qui pourrait se défendre. Tiens d'ailleurs il faudrait que je relise mes Science & Vie anciens car il me semble qu'un dossier évoquait un peu tout ça et notamment un paradoxe relié à ces histoires , le paradose EPR (Einstein / Podolski et Rosen, il faudrait évoquer aussi la théorie de la réduction du paquet d'onde, que je n'expliquerai pas ici, c'est un peu compliqué, mais en gros, en physique quantique, on peut donc avoir (en quelque sorte) deux choses qui se déroulent bel et bien, et en même temps, et qui sont pourtant contradictoires (exemple : particule en un endroit et en un autre) C'est l'observation qui tranche. On peut extrapoler ça à l'univers en entier et se dire : l'univers qu'on observe (celui qui pour nous fait sens, celui dont on croit qu'il est l'unique vrai) est celui qui est le résultat de nos observations. Mais fondamentalement, il existe sous différentes formes à l'infini .. mais je préfère laisser parler les spécialistes du forum en math et physique comme Michael Romeo commenter ce point .. ) je veux pas dire de conneries.

En tout cas certains s'amusent déjà à spéculer à partir de ça en imaginant possible la téléportation quantique un jour ! C'est fascinant :super:
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. févr. 08, 2007 5:59 pm

un article sympa sur tout ça (et ça parle de mon paradoxe einstein / podolski / rosen d'ailleurs mais aussi des trou de ver et compagnie : )

http://fbon.free.fr/science.html

en tout cas bravo pour le topic Fabien (j'essairai de développer certaines spéculations perso mais plus tard là je reviens du film Apocalypto et j'ai la tête comme un tambour :lol: )
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

Doctor Jones
Elros et Elrond
Elros et Elrond
Avatar du membre
Messages : 16350
Enregistré le : sam. janv. 29, 2005 12:06 pm

Messagepar Doctor Jones » jeu. févr. 08, 2007 8:11 pm

(encore moins utiliser ces trou de ver par exemple pour la navigation spatiale comme dans des séries style star trek ou des romans style l'aube de la nuit et compagnie ! )

Dans les séries on appelle ça les " Vortex "

Comme dans Farscape

http://fr.wikipedia.org/wiki/Farscape

Ou dans Sliders

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sliders

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. févr. 08, 2007 11:51 pm

exact les vortex
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

Doctor Jones
Elros et Elrond
Elros et Elrond
Avatar du membre
Messages : 16350
Enregistré le : sam. janv. 29, 2005 12:06 pm

Messagepar Doctor Jones » ven. févr. 09, 2007 12:42 am

J'ai trouvé un livre intéressant j'ignore si il traite des vortex mais je met le lien au cas ou.

http://www.amazon.fr/Voyage-vers-linstant-Grichka-Bogdanov/dp/2851206354

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. sept. 11, 2008 12:24 pm

Sinon je suppose que vous avez un peu suivi les actualités hier, à Genêve sur le site du CERN a été mis en service le fameux LHC (Large Hadron Collider) le plus grand accélérateur de particules jamais construit ;

Image

Il devrait servir aux physiciens pendant une quinzaine d'années pour tester et valider (ou invalider) certaines théories en physique quantique notamment toutes celles qui touchent à la grande unification de l'Univers (le Graal des physiciens) parmi les questions qui seront étudiées dans les collisions de particules : l'existence (oui ou non) de cette fameuse particule élémentaire hypothétique prévue dans certains modèles qu'on appelle le Boson de Higgs , mais aussi l'existence des fameuses particules de "matière noire" qu'on suppose, pour expliquer la masse manquante de l'Univers, mais qu'on n'a jamais observé. Et aussi l'existence de dimensions supplémentaires à l'échelle microscopique (en plus des 4 dimensions spatio-temporelles usuelles bien connues) ; dimensions qui doivent exister dans le cadre de la théorie des cordes.

L'entrée en service du LHC a suscité pas mal de polémiques depuis pas mal de mois (suffit de voir certains commentaires au raz des paquerettes sur les forums , dailymotion et autre ! ) certaines personnes craignant que les physiciens provoquent un mini trou noir et autre lol en fait s'il est vrai que les expériences qui y seront menées sont fascinantes et ouvrent une voie vers un inconnu total (les physiciens savent eux-même pas trop ce qu'ils vont découvrir) il ya beaucoup d'exagération et pour ceux que ça intéresse (et qui sont pas trop découragés par l'aspect un peu compliqué de la physique) je signale ce podcast de Ciel et Espace très intéressant sur cette mise en service du LHC. Ca dure une heure ...

http://www.cieletespaceradio.fr/themes/ ... nees_1.mp3

http://www.cieletespaceradio.fr/themes/ ... nees_2.mp3

http://www.cieletespaceradio.fr/themes/ ... nees_3.mp3

et aussi ce fichier PDF :
http://www.cieletespace.fr/modules/tiny ... -34-39.pdf

qui revient notamment sur les histoires de Voyage dans le temps .. Rien à voir évidement avec une espèce de machine à remonter le temps comme on en voit dans les récits de SF mais c'est quand même un peu ça mais à l'échelle microscopique : pour la première fois les physiciens pensent notamment être capables de créer des trou de ver , comme ces vortex qu'on voit dans pas mal de récits, mais à l'échelle infinitésimale des particules évidement.

Rappelons que si certaines théories physiques supposent leur existence ce genre de structures qui forment des tunnels entre deux points distincts de l'espace temps n'ont jamais été observé. Ce serait donc une révolution. Et ça rejoint un peu ce qu'on évoquait précédement ^^
Modifié en dernier par phoenlx le jeu. sept. 11, 2008 12:31 pm, modifié 3 fois.
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. sept. 11, 2008 12:29 pm

Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » lun. sept. 15, 2008 9:03 pm

Tiens un lien qui devrait en intéresser certains (notamment Fab) à propos des histoires d'univers parallèles, de trou noir, de trou de ver , de voyage dans le temps

http://www.geocities.com/crousset.geo/cosmos.html
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mar. janv. 19, 2010 9:17 am

Je poste un article assez fascinant issu du blog que je présentais hier d'Oksana et Gil ... ( source : http://oksanaetgil.skyrock.com/2.html )


---> il illustre bien pourquoi ce blog me fascine depuis quelques jours. Il rejoint pas mal de mes interrogations métaphysiques sur la réalité - mes petits speech sur Spinoza, cet ancien topic sur les univers parallèles que je remonte, les trou noirs, et mes bafouillages de ce week end sur le multivers et nos réflexions sur les théories des frères Bogdanov). Perso je trouve ces spéculations théoriques absolument fascinantes (et l'idée d'une espèce de "sélection naturelle" des univers comme il existe une sélection naturelle darwinienne des animaux sur Terre est plus que séduisante je trouve. La question de Dieu - l'être supposé qui donnerait du sens à la réalité en ayant créé tout ce qui existe - serait complètement à repenser sous cet angle, si on imagine que nous vivons dans un univers parmi une infinité possible, nous n'aurions plus vraiment besoin de nous demander pourquoi l'univers paraît incroyablement "ciselé" pour que notre conscience apparaisse - comme le souligne Trin Xuan Thuan dans ses livres - mais tout ce qui pourrait arriver, arriverait, la réalité serait une sorte d'infinité d'univers, j'ai du mal à l'expliquer avec des mots, mais bon sang que ça rejoint décidément la pensée de Spinoza ( moi-même qui pensais d'ailleurs que l'une des rares choses sur lesquels Spinoza avait pu se tromper, à cause des faibles connaissances de son époque à savoir sa conception de Dieu - donc de l'univers - infini, alors qu'on sait depuis que l'univers a des limites dans le temps et que l'espace-temps est limité par les confins de l'expansion), tout à coup, avec ces nouvelles façons de voir, on serait vraiment dans un Infini Absolu comme le philosophe hollandais le disait - ce qui rendrait encore plus pertinents certains de ses raisonnements notamment sur les modes de la substance infinie, comme je le faisais remarquer dans ce week end dans ce topic

Bref :lol: :mrgreen:

Mais je vous laisse avec l'article de Oksana et Gil ; deux blogueurs très cool qui s'intéressent à beaucoup de choses, la science, l'astronomie en particulier, la philosophie, l'écologie, et qui écrivent des livres de science fiction


Multivers : au-delà du nombre de Graham

Lorsque l'on doit évoquer des quantités importantes, il faut prendre en compte des nombres extraordinairement grands. Dans ce cas, on utilise souvent l'expression « astronomique ». L'emploi de ce terme est parfaitement aproprié car les nombres les plus élevés se situent généralement dans le domaine de la cosmologie.
Par exemple, le nombre d'atomes existant dans notre univers est égal à 10 puissance 80, soit cent millions de milliard de milliard de milliard de milliard de milliard de milliard de milliard de milliard d'atomes ! Ouf...
On obtient des nombres plus pharamineux encore lorsque l'on examine le nombre de combinaisons différentes dans des jeux aussi complexes que les échecs ou le jeu de Go.
Au sommet de cette impressionnante pyramide de nombres hallucinants, on trouve le nombre potentiel de théories incluses dans la Théorie des cordes, soit 10 puissance... 500 !
Ces quantités vertigineuses sont impressionnantes et difficiles à appréhender concrètement.
Toutefois, ces nombres colossaux sont des nains par rapport à leurs homologues mathématiques, car on est alors réellement en proie au vertige.
Le plus grand nombre entier utilisé dans une démonstration mathématique s'appelle le « nombre de Graham ». Il est si monstrueux que l'on doit utiliser des notations mathématiques spécifiques pour le représenter sur une feuille de papier. Il s'agit des « puissances itérées de Knuth » et des « flèches chaînées de Conway ».
D'une façon plus simple, on affirme souvent que si tout l'univers était composé d'encre, celle-ci ne suffirait pas pour écrire le nombre de Graham en utilisant la notation arithmétique usuelle.
Mais on peut encore aller plus loin. Beaucoup plus loin...
Il existe en effet des suites croissantes de nombre entiers qui sont si puissamment « croissantes » qu'elles se multiplient plus vite que n'importe quelle suite calculable.
C'est le cas de la suite Rado(n) qui a été inventée par le mathématicien Tibor Rado. Or la suite Rado(n) croît tellement vite qu'on n'en connaît que les premiers termes. Actuellement, il est impossible de calculer avec précision les valeurs Rado(7) et Rado(8).
On comprend à cet instant que la simple appréhension d'une suite comme Rado(100) donne de fortes céphalées...
Mieux encore, en utilisant des mécanismes théoriques de calcul particuliers que l'on nomme « machines de Turing avec oracle » ou -plus plaisamment- « castor affairé », on peut construire une hiérarchie infinie de suites croissantes Rado(n) = Rado0(n), puis Rado1(n), puis Rado2(n), etc... chacune surpassant la précédente.
Les nombres qui découlent de ces suites « hypercroissantes » deviennent ainsi parfaitement affolants et outrepassent l'imagination la plus féconde.
Et pourtant... il existe peut-être des données plus hallucinantes encore !
Nous avons déjà évoqué ici la notion de « multivers », notion que nous abordons déjà dans « Cathédrales de brume » et que nous développerons dans nos deux prochains romans si nos lecteurs nous font confiance.
Ce concept dérangeant (imaginer des milliards d'univers en amont ou en aval du nôtre est difficilement compatible avec un cartésianisme classique) n'est pas réellement nouveau.
D'Anaximandre à Whitehead, en passant par Nicolas de Cues, Giordano Bruno et Leibniz, elle traverse toute l'histoire de la philosophie et jalonne les grandes cosmogonies.
Toutefois, si cette théorie devait se confirmer, elle constituerait une révolution conceptuelle comparable à la rupture copernicienne.
Ce n'est pas seulement notre représentation du monde qui s'en trouverait transformée, mais également notre manière même de penser la physique et de concevoir la signification de ses modèles. Or la physique fait aujourd'hui face à un sérieux problème lié à la nature même de ses constantes fondamentales, car la plupart de ces grandeurs semblent spécifiquement adaptées à l'émergence de la complexité.
Si l'on souhaite échapper aux explications purement religieuses, il est clair que l'existence de multiples univers au sein desquels les lois physiques se structureraient indépendamment résoudrait la difficulté. Les paradoxes disparaissent effectivement si l'on suppose que les valeurs observées pour les constantes physiques ne sont qu'une réalisation parmi une infinité d'autres.
Exactement de la même façon que nous nous trouvons sur une planète tellurique qui est un lieu très particulier et absolument pas représentatif du contenu moyen du cosmos, nous nous trouverions, au sein du « multivers », dans un univers hospitalier et très singulier quant à ses propriétés.
Dans le cadre de l'élaboration d'une image cosmologique globale, notre environnement direct n'est donc nullement représentatif du tout. L'existence même du « multivers » offre une solution élégante et concrète à certaines difficultés récurrentes de la physique théorique et s'inscrit dans une évolution non contredite jusqu'alors et que l'on peut résumer ainsi : la taille et la diversité du cosmos n'a jamais cessé de croître au fur et à mesure des découvertes scientifiques. S'il existe de multiples planètes, de multiples étoiles, de multiples galaxies, de multiples amas de galaxies, pourquoi n'y aurait-il qu'un univers ?
Différentes définitions du « multivers » s'affrontent. Toutefois, le « multivers » n'est pas en lui-même un modèle, mais une conséquence de modèles préexistants. Ces modèles n'ont pas été élaborés dans le but de créer des univers multiples mais pour répondre à des questions bien définies de physique des particules ou de gravitation relativiste.
Différentes théories prévoient clairement l'existence d'univers multiples, à commencer par l'une des mieux établies, des mieux testées et des plus élégantes : la Relativité Générale.
Le modèle d'Einstein, qui montre que la géométrie de l'espace-temps est façonnée par la matière qu'il contient, prédit effectivement un espace strictement infini dans deux des trois géométries utilisées en cosmologie. Si l'espace est infini, notre univers n'est qu'une minuscule bulle en son sein et tous les phénomènes possibles doivent se produire quelque part.
Ce n'est pas une possibilité mais une nécessité, car tout processus doté d'une probabilité d'occurrence non nulle doit être réalisé. Il existe ainsi une copie à l'identique de notre monde dont le passé est similaire au nôtre mais dont le futur peut éventuellement différer. Cet infini spatial suffit déjà à expliquer certains faits étranges. Ainsi, notre univers présente un haut niveau d'homogénéité primordiale car cet état particulier doit être présent quelque part dans le « multivers » et qu'il est propice à la formation des structures qui ont permis notre propre existence...
La Physique quantique, l'autre grand pilier de la Physique moderne, peut également conduire à l'existence d'univers multiples lorsque ses principes fondateurs sont interprétés strictement sans recourir à des postulats supplémentaires. La superposition quantique, qui n'est effectivement pas observée dans le macrocosme, ne conduit pas à l'usuelle projection du vecteur d'état mais plutôt à l'existence d'autres mondes dans lesquels se réalisent les différentes occurrences possibles de l'évolution du système.
L'existence du « multivers » est plus étroitement encore associée aux théories actuelles de la gravitation quantique. Il n'existe pas à l'heure actuelle de modèle absolument satisfaisant pour décrire les propriétés quantiques du champ de gravitation.
Mais deux théories bien différentes ouvrent des voies prometteuses pour explorer les méandres complexes de cette physique dont le graal est la fameuse « Théorie du Tout ».
Curieusement, chacune d'elle conduit à l'existence d'univers multiples...
La première de ces théories fascinantes est la « gravitation quantique à boucles ». Elle s'appuie sur le principe fondateur de la Relativité Générale : l'invariance de fond, c'est-à-dire l'absence de structures absolues. Elle propose un cadre cohérent pour décrire les propriétés quantiques de l'espace-temps. Dans ce contexte, elle prédit l'existence de « rebonds » au cœur des trous noirs qui permettent de concevoir leur structure interne comme des univers à part entière. On assiste alors à l'émergence d'un modèle darwinien de sélection naturelle des univers : chaque monde se reproduit par les trous noirs qu'il engendre et les lois doivent évoluer vers la forme maximisant la formation de trous noirs.
Ce constat ouvre des horizons infinis. Dans son livre : « Le destin de l'univers », Jean-Pierre Luminet résume parfaitement cette situation en forme de mise en abyme : « Des deux questions « qu'y avait-il avant le big bang ? » et « qu'y a-t-il dans un trou noir ? », l'une donne la réponse à l'autre. Dans chaque trou noir il y a un nouveau big bang, c'est à dire un nouvel univers, sorte de phénix renaissant de ses cendres après chaque contraction symétrique du big bang... »
(Le destin de l'univers - page 543).
La seconde théorie : la Théorie des cordes (ou Théorie des supercordes lorsqu'elle prend en compte les exigences de la « supersymétrie ») permet de résoudre certaines difficultés de la physique contemporaine : quantifier la gravité et unifier toutes les interactions fondamentales par exemple.
Mais cette théorie remarquable et très élégante implique l'existence de sept dimensions supplémentaires à la géométrie de l'espace.
Les lecteurs de « Cathédrales de brume » observeront immédiatement que nous avons largement utilisé cette singularité de la Théorie des cordes dans notre roman...
En affinant cette théorie, il est apparu que les manières de recourber ces dimensions supplémentaires sur elles-mêmes sont si nombreuses (environ 10 puissance 500 comme nous l'avons signalé plus haut) que la Théorie des cordes conduit à une quasi-infinité de lois physiques possibles.
En complément de cette surabondance déroutante, le modèle actuellement validé du big bang repose sur l'existence d'un processus inflationnaire, c'est à dire une augmentation démesurée de la taille de notre univers dans ses premiers instants, qui conduit à l'image d'un monde en perpétuelle inflation.
Des zones s'extraient parfois de cette inflation éternelle (comme notre propre univers dans sa phase actuelle) mais, examiné dans la globalité, le processus est continu et de nouveaux univers se crée sans cesse.
Dans les milieux de la cosmologie, cette théorie (dont Andrei Linde est le concepteur) est parfois comparée à un « multivers bulles de champagne »...
La conjugaison de la Théorie des cordes et du scénario inflationnaire conduit en tout cas à un « multivers » particulièrement riche et fécond dans sa capacité à rendre compte du réel. La première permet l'émergence de lois multiples, le second prédit des univers-bulles décorrélés les uns des autres. Dans chaque univers, la physique effective se structure indépendamment, donnant lieu à une impensable diversité, non seulement dans les faits, mais également dans les lois physiques.
Vous comprenez mieux ainsi la raison pour laquelle nous mettons en parallèle le caractère « colossal » du nombre de Graham, et le caractère tout aussi colossal et luxuriant d'un « multivers » qui symbolise une fantastique ode à la diversité.
Et nous avons bien besoin de ce symbole à notre époque...





Même si c'est un nanard absolu et fondé sur un truc absurde (il n'y a sans doute aucun moyen de communiquer avec ces autres univers parallèles) on n'est plus très loin du film The one avec Jet Li 8-)


il y a là en tout cas un champ absolument fascinant que les auteurs de science fiction pourraient exploiter ( plutôt que toujours imaginer des choses simples et banales qui nous changent à peine du quotidien et de la réalité concrête qu'on connait !! )
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles.

Messagepar phoenlx » ven. juin 28, 2013 2:36 pm

Pour ceux que le sujet intéresse je signale que le Ciel et espace de ce mois-ci contient un petit dossier sur les théories à propos des univers parallèles ^^

Image

Image

édito :
Il y a très peu de temps encore — à l’échelle de quelques générations humaines — la voûte étoilée pouvait aisément s’assimiler à un rideau de théâtre antique. Lourd, sombre, percé de petits trous laissant deviner les feux de la rampe qui éclairent les acteurs, ce masque rigide dissimulait alors l’essentiel. La profondeur de la scène ; la mécanique des décors ; la mise en place de ceux qui assurent le spectacle ; tout cela relevant du secret et du mystère, ingrédients essentiels à l’entrée du public dans le monde du merveilleux.

En franchissant les limites de l’atmosphère avec des fusées, en marchant sur la Lune et en expédiant des robots à la surface d’autres planètes, la toile s’est déchirée et l’Homme — avec ses appendices technologiques — a pénétré une nouvelle dimension : celle de l’espace-temps. Ainsi, tout au long de l’été, le satellite européen Planck continuera d’observer et d’étudier l’Univers d’il y a 13,8 milliards d’années. Les télescopes spatiaux Kepler et Hubble, comme leurs homologues au sol, s’efforceront de dénicher de nouvelles planètes autour d’autres étoiles. Puisqu’il y en a partout — même autour de Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche de nous — l’enjeu n’est plus de les découvrir, mais de caractériser cette population infinie d’astres. De fournir aux démographes exoplanétaires un premier recensement fidèle à la réalité d’une telle variété.

De la même façon, nous allons coller tout l’été, dune par dune, caillou par caillou, aux tours de roues des robots martiens. Au vieux et toujours vaillant Opportunity, qui après neuf ans de bons et loyaux services vient de découvrir les argiles les plus favorables au développement d’une vie sur la planète rouge. Et à Curiosity, la “Marsmobile” au moteur atomique, posée dans le lit d’une ancienne rivière dont les galets émoussés et les roches sédimentaires témoignent de la permanence ancienne de flots d’eau douce. Après des mois passés à fouiller un carré grand comme un stade, l’engin s’apprête à rouler vers le mont Sharp, des milliards d’yeux branchés aux signaux numériques de ses caméras…

Le rideau est tombé, mais le spectacle n’a jamais cessé. La magie du merveilleux ne s’est jamais évanouie. Au contraire. En imaginant que notre Univers n’est peut-être pas unique et que pourraient exister des mondes parallèles, l’imaginaire scientifique tisse un nouveau masque flou. Comme si la réalité ne pouvait qu’être cachée.

Alain Cirou

Directeur de la rédaction
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

Somewhere
La chute des Lampes
La chute des Lampes
Avatar du membre
Messages : 65790
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Les univers parallèles.

Messagepar Somewhere » ven. juin 28, 2013 3:15 pm

Dr.Jones a écrit :J'ai trouver ces 3 théories sur un forum.

Les univers dits "quantiques" : un univers parallèle se créer à chaque je dirai "choix multiples" que nous propose la vie ; exemple, vous allez chez un ami, vous rentrez chez lui, trois solutions (mais il peut évidemment en exister bien plus) : il est là et il vous accueille, il est absent ou encore seule sa mère est présente ; c'est alors autant d'univers parallèles qui se sont créés .

Les univers appelés "bulles" : vous connaissez les trous noirs non ? On en voit à tire-larigot dans Stargate, et bien, figurez-vous que, pour certains scientifiques, ils seraient la clé des univers parallèles. En effet, chacun d'entre eux se trouverait être l'entrée à un univers parallèle distinct.


La théorie de l'"horizon" : cette théorie est celle la plus probable, de facto, ces univers parallèles existeraient dans notre univers, malheureusement, ils ne pourront certainement jamais être atteints (pour écourter je ne donne pas l'explication, sachez seulement que ça a un rapport direct avec la lumière et sa vitesse), et il s'en créerait des nouveaux (donc notre univers grandirait) de façon régulière.

Votre avis ?


La première j'y crois pas, la deuxième me semble la plus propable, la troisième je n'ai rien compris.
~ Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir ~
Mes tops et classements divers sur le forum :
Top films all-time
Top séries TV all-time
Top réalisateurs
Top jeux vidéos all-time

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles.

Messagepar phoenlx » ven. nov. 08, 2013 12:10 pm

Je cherchais ce topic dans la rubrique astronomique et il était dans la rubrique SF, mais vu qu'on en parle souvent sous l'angle scientifique je me demande s'il ne faudrait pas le déplacer.

Bon en tout cas une découverte importante a été faite assez récemment par le satellite Planck avec, peut-être , les premières preuves de l'existence d'un avant Big bang ( du moins c'est l'interprêtation de certains scientifiques ) ; Les observations semblent valider certaines théories de l'univers selon lesquelles notre univers ne serait que l’équivalent d’une sorte de bulle de gaz apparue comme beaucoup d’autres dans un liquide, c'est-à-dire dans le cas présent une portion d’un multivers, comme ceux que l’on rencontre dans la théorie de l’inflation éternelle de Andrew Liddle.

Pour conclure celà ils se basent sur des anomalies de symétries constatées au niveau du fameux rayonnement fossile par ce satellite ( image ci-dessous ) :

Image

Pour ceux qui veulent plus d'explications je vous renvoi sur futura-science mais je vous préviens l'article est un peu complexe et fait référence à certaines terminologies un peu compliquées relatives aux théories de l'inflation : http://www.futura-sciences.com/magazine ... nel-48904/
et l'article en anglais

On pourra éventuellement aussi rappeler ce qu'est le rayonnement fossile ou fond diffus cosmologique à 3 Kelvin pour ceux qui l'ignorent mais est - en deux mots - il s'agit d'un rayonnement qui vient de toutes les directions et qui est un reliquat de ce qu'était l'univers 380 000 ans après le Big Bang ( soit très très tôt dans son histoire ) , c'est un peu comme une carte d'identité de l'univers jeune .. Il fut découvert en 1965 par panzias et Wilson deux radioastronomes ( plus d'infos sur futura-science ) ..

Une vidéo sur le rayonnement fossile :

Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: La théorie des multivers !

Messagepar phoenlx » ven. nov. 07, 2014 12:17 pm

Des scientifiques assurent que les mondes parallèles existent

La physique quantique est très étrange. Mais, d'où viennent les phénomènes quantiques ? Des scientifiques affirment qu'ils proviendraient d'univers parallèles.

Aujourd'hui, la science regorge de nombreuses théories plus farfelues les unes que les autres. L'une d'entre elles concerne la physique quantique puisque selon certaines théories, il serait possible d'avoir un chat vivant et mort à la fois (théorie du chat de Schrödinger), ou encore qu'il faut choisir entre la vitesse et la position d'un électron. Mais alors, d'où proviennent ses mystérieux phénomènes quantiques dont tout le monde parle depuis des années ?

Des scientifiques américains et australiens, du Centre de Dynamique Quantique de Griffith et de l'université de Californie, suggèrent que ces phénomènes proviennent de mondes parallèles. Selon eux, cette théorie pourrait expliquer tous les phénomènes étranges et donnerait une nouvelle réalité à d'autres univers qui existent. Deux réalités peuvent exister au même moment et ce, même si elles sont contradictoires.

Publiée le 23 octobre dans la revue scientifique Physical Review, cette étude suggère que les particules peuvent occuper deux états au même moment, ce qui pourrait expliquer l'existence de mondes parallèles. D'ailleurs, ils expliquent dans leur article que les mondes parallèles s'influencent entre eux avec une certaine force de répulsion.

Selon eux, il existerait donc de nombreux mondes parallèles (un nombre fini) qui interagiraient entre eux et avec le notre et qui exerceraient une force imperceptible sur notre univers. Cette théorie a d'ailleurs déjà été proposée en 1957 par Hugh Everett qui expliquait que "l'observateur ne voyait qu'une partie des phénomènes provoqués par la mécanique quantique parce qu'il se contentait de la réalité".

Comme l'explique le professeur Wiseman de l'université Griffith "toutes les possibilités sont par conséquent réalisées : dans certains univers, l'astéroïde qui tua les dinosaures a manqué la Terre. Dans d'autres, l'Australie a été colonisée par les Portugais. Mais les critiques mettent en doute la réalité de ces autres univers, puisqu'ils n'influencent pas du tout notre univers".



( http://hitek.fr/actualite/scientifiques ... stent_4144 )
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 113871
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar Scarabéaware » ven. nov. 07, 2014 1:52 pm

Et dans un autre univers François Hollande est réellement président de la République de façon utile :mdr:

En tout cas c'est une théorie fort intéressante ;), et à laquelle je crois volontiers :D. D'une certaine façon ça parait assez probable et peut être qu'on aurait aussi une solution avec les Trou Noir ;)
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".

Aries Phoenix
La montagne du destin
La montagne du destin
Avatar du membre
Messages : 28627
Enregistré le : mar. avr. 23, 2013 1:37 pm
Localisation : Jamir (Tibet), Au cœur du Volcan (Santa Lucia), Nivelles (Belgique)
Gender :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar Aries Phoenix » ven. nov. 07, 2014 3:07 pm

Bizarre, je tombe pour la première fois sur ce topic qui résume assez bien ma pensée (abstraite de toute physique poussée puisque je n'y suis pas formé).
Donc en
1°) A chaque point d'incertitude quantique se crée un point de divergence entre des univers possibles
2°) Tout individu possède sa propre réalité, puisque la réalité n'existe qu'en présence d'un observateur. Donc, il existe autant de réalité que de témoins. Encore faut-il définir ce que l'on entend par témoin...
3°) Sous l'hypothèse d'un univers dont la source se trouve au big bang, et les extrémités dans les trous noirs, il existerait au moins une autre dimension aux particules, soit une densité de présence plus ou moins grande dans les univers qui ne sont pas leur siège. Mais les interactions avec ces derniers seraient incertaines, ce qui expliquerait partiellement l'énergie et la matière noire ainsi que la présence de neutrinos.

Ces sujets de réflexion me semblent d'autant plus intéressants qu'ils montreraient peut-être à terme que notre futur est notre passé, et donc que l'information pourrait circuler librement vers des points où nos choix ont été néfastes.
Image

Le bonheur ne se poursuit pas, il se trouve

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar phoenlx » ven. nov. 07, 2014 3:51 pm

voilà c'est exactement ce que ça implique .. Maintenant je doute qu'on arrive à prouver ça un jour , je vois mal quelles expériences physiques ( ou obversations ) on pourrait mener pour déceler la présence d'autres univers vu qu'on est précisément dans celui-ci, ça paraît quand même bien compromis ( et c'est du coup dommage car pour moi ces " théories " sont un peu au bord de la science, un peu même en dehors, ce n'est plus vraiment de la science expérimentale ... ) Mais philosophiquement, c'est intéressant

Il faudrait que je remette les liens vers les mP3 du topic qui ne s'affichent plus ( de ciel et espace ) ils étaient intéressants, et sur ce thème ( Finch je crois que je vais encore utiliser ton serveur :lol: )
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

Aries Phoenix
La montagne du destin
La montagne du destin
Avatar du membre
Messages : 28627
Enregistré le : mar. avr. 23, 2013 1:37 pm
Localisation : Jamir (Tibet), Au cœur du Volcan (Santa Lucia), Nivelles (Belgique)
Gender :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar Aries Phoenix » ven. nov. 07, 2014 4:01 pm

Ce n'est pas parce que tu ne vois pas quelle expérience pourrait être menée que pour autant elle est impossible. Après tout, il y a encore quelques dizaines d'années, l'observation des orbitales relevait de l'impossible.
Ensuite, je crois que notre esprit peut encore se courber à d'autres possibilités via des technologies ou non (dans un premier temps). Bref, je porte de grands espoirs dans l'exploration des dimensions "invisibles" comme avancée majeure de la physique moderne.
Image

Le bonheur ne se poursuit pas, il se trouve

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar phoenlx » ven. nov. 07, 2014 4:11 pm

c'est sûr, on ne sait pas ce que l'avenir réserve ..
tiens sinon c'était ça que je voulais te faire écouter
( écoute les 3 parties )
http://www.cieletespaceradio.fr/index.p ... tre%20site.
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

Aries Phoenix
La montagne du destin
La montagne du destin
Avatar du membre
Messages : 28627
Enregistré le : mar. avr. 23, 2013 1:37 pm
Localisation : Jamir (Tibet), Au cœur du Volcan (Santa Lucia), Nivelles (Belgique)
Gender :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar Aries Phoenix » ven. nov. 07, 2014 5:34 pm

Ecouté en diagonale, parce que le type s'écoute un peu parler je trouve, surtout sur le plan épistémologique. Sinon, il rejoint mes pensées et mes conclusions donc j'ai trouvé son exposé intéressant.
Mais je ne m'arrête pas aux spéculations canoniques sur le réel, je m'intéresse plutôt aux conséquences transcendantales de ces questions. Autrement dit, comme il le dit, est-ce que l'évolution se poursuit selon un axe ni spatial, ni temporel ? Car là se trouvent selon moi nos meilleurs chances de survie "à long terme".
Pourquoi à long terme ? D'abord parce que de toute façon c'est pour moi la voie actuelle de l'homme que de chercher le meilleur pour l'avenir. Mais aussi que si nous pouvons améliorer notre condition au-travers des dimensions, cela revient au même.
Après tout, l'homme préhistorique cherchait-il notre bien-être technologique ? De la même façon, il se pourrait que nous soyons aveugles à notre impact sur une humanité parallèle, mais que de par notre évolution nous l'améliorions.
Image

Le bonheur ne se poursuit pas, il se trouve

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar phoenlx » ven. nov. 07, 2014 5:50 pm

que veux tu dire par là
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

Aries Phoenix
La montagne du destin
La montagne du destin
Avatar du membre
Messages : 28627
Enregistré le : mar. avr. 23, 2013 1:37 pm
Localisation : Jamir (Tibet), Au cœur du Volcan (Santa Lucia), Nivelles (Belgique)
Gender :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar Aries Phoenix » ven. nov. 07, 2014 6:03 pm

J'entends que notre évolution ne se fera pas forcément dans le temps, mais aussi perpendiculairement au temps. Donc dans des sphères réservées à notre "progéniture" abstraite. Si dans un univers parallèle toutes ces conneries de guerres de civilisation, de jiad, d'idéologies pouvaient être évitées, alors je serais l'heureux parent d'une descendance plus heureuse. Mais pour cela il faut d'abord s'abstraire de l'idée d'immortalité égoiste, et surtout admettre que nos conneries seront transmises par un biais encore méconnu vers des humanités parallèle.
Image

Le bonheur ne se poursuit pas, il se trouve

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar phoenlx » mer. août 31, 2016 5:39 pm

Je poste une vidéo d'un you tubeur (toujours le même que je poste dans divers topic du forum cet apres midi :mrgreen: j'aime bien sa chaine je viens de m'abonner) à propos de la théorie des cordes. Il y évoque les univers parallèles à un moment dans la vidéo. J'aime beaucoup son style, ses explications, sa narration. Je vous conseille de regarder la vidéo sur Stephen Hawking qu'il pointe au début aussi, qui parle des trou noirs et notamment du rayonnement de Hawking ..

Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar phoenlx » dim. sept. 25, 2016 6:40 pm

Je viens de découvrir un conférencier incroyable !! Aurelien Barrau ! Je le connaissais vaguement de nom mais pas trop trop et c'est la première fois que je l'entend, une conférence brillante, dans le ton, dans la diction, par son thème (les multivers mais en fait il brosse énormément d'autres thèmes en cours de route, des thèmes épistémologiques, avec des détours par la philosophie, par l'histoire des sciences, par la poésie, Homère, Hésiode, la musique, superbe à entendre je crois que c'est la première fois que je vois une conf pareille, à conseiller de toute urgence !!!! :super: Bon par contre le type a une culture incroyable (je dirais même écrasante) non seulement en science, en philosophie, en arts, et toute la partie scientifique même si quand on a des notions on s'y retrouve il faut quand même s'accrocher je vous préviens car il parle vite, surtout dans la deuxième partie de la conf quand il se met à parler de théorie des cordes, de gravité quantique à boucle, des topologies de l'univers et tout le tintouin :mrgreen: :super: :super: :super: :super: :super: :super:

Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar phoenlx » mar. nov. 08, 2016 1:56 am

une autre conférence de Barrau (sur le même thème)
je la découvre
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar phoenlx » mar. janv. 31, 2017 9:05 pm

je reposte ceci ici

Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar phoenlx » dim. juin 25, 2017 6:36 pm

une nouvelle conférence de monsieur Barrau,

je viens de l'écouter c'est bien complexe, mais je vous conseille d'écouter (notamment aries) c'est assez fascinant



J'ai retenu diverses idées de sa conf, qui pourraient nourrir nos débats ; je vais essayer de résumer de manière simple avec mes mots à moi ce qu'il a dit et je n'entrerai pas dans les détails les plus complexes de ce qu'il a abordé (notamment à chaque fois qu'il évoque la physique quantique et autre, il y a des notions qui je dois avouer, me dépassent radicalement) mais bref.

Début de la conférence, il fait un petit historique des conceptions on va dire "philosophiques" voire "préscientifiques" à travers les âges qui ressemblent de près ou de loin à une idée d'univers multiples (avant d'aborder par la suite les implications plus "science moderne" évidemment)

parmi les présocratiques, on a Anaximandre (6ème siècle avant JC) qui serait selon lui quasiment le père de cette idée. Il évoquait déjà une multiplicité des mondes.
Image

histoire de présenter brièvement ce philosophe je prend la définition wikipédia
Anaximandre est le premier Grec connu à avoir tenté de décrire et expliquer l'origine et l'organisation de tous les aspects du monde d'un point de vue que l'on qualifie rétrospectivement de scientifique1. Nombre de philosophes et commentateurs contemporains estiment pour cette raison que les théories d'Anaximandre représentent une étape essentielle et révolutionnaire de l'histoire des sciences


il recourt à ce qu'on appelle l'apeiron

En suivant et résumant les témoignages qui nous sont parvenus, on peut dire qu'Anaximandre plaçait l’apeiron comme substance ou principe originel, source, réceptacle de tout, éternel et indestructible, la cause complète de la génération et de la destruction de tout. Pour Anaximandre, le principe des choses n’est rien de déterminé, il n’est pas un des éléments, comme c’était le cas chez Thalès. Pas plus qu’il ne s’agit de quelque chose d’intermédiaire entre l’air et l’eau, ou l’air et le feu, plus dense que l’air et le feu et plus subtil que l’eau et la terre16.

Le raisonnement sous-jacent à cette conception d'Anaximandre du principe de toutes choses semble pourvoir être reconstitué de la manière suivante : tout ce qui devient a un commencement, une fin, en bref des limites spatio-temporelles ; ce qui a un commencement et une fin ne peut être la cause éternelle de tous les êtres. Donc seul ce qui est illimité et indéterminé peut être une cause universelle, indestructible et permanente.


L'idée va être déployée par la suite par les philosophes atomistes (comme Démocrite)
comme vous le savez Démocrite, déjà à l'époque des grecs était un peu le père de l'idée d'atome (idée que la matière soit décomposables en particules élémentaires) même si son idée d'atome était assez simpliste par rapport à la conception qu'on a depuis la physique quantique.
Démocrite évoque non seulement le fait que le monde est décomposé en une multiplicité d'atomes, mais que les mondes eux-même seraient illimités.

Epicure continue sur cette lancée.
Alors dans la conférence Barrau évoque la notion de clinamen chez Epicure, je dois dire que je ne connaissais pas
http://clinamen.canalblog.com/archives/ ... 55487.html
Le clinamen constitue chez Epicure et Lucrèce le principe de dérivation des atomes dans le vide infini. Alors qu'elles chutent selon des principes mécaniques, les particules élémentaires dévient soudainement et au hasard de leur trajectoire initiale. Cette déclinaison rend possible leur rencontre, à travers des chocs. Par conséquent le clinamen est le principe même de la créativité de la nature et de la liberté.


on commence avec cette notion à voir apparaitre dans la nature une dose d'aléa, d'indéterminisme, ce qui constitue une belle leçon d'humilité ...

Bon ensuite il a évoqué le philosophe Michel Serres à un moment mais j'ai pas tout saisi :lol: il faudrait réécouter. :mrgreen:

A noter que plus tard le philosophe Platon dans Le Timée parle de "cet univers-ci" (le notre) comme s'il y en avait d'autres.

Durant le Moyen Âge, l'idée d'univers multiples n'a pas trop la côte notamment chez les penseurs de l'Eglise, avec Thomas d'Aquin notamment la question semble être définitivement refermée, elle refera surface vers la Renaissance, époque assez subversive où par exemple on aura Nicolas de Cuse qui les mentionnera, et plus tard le fameux Giordano Bruno, mort sur le bucher condamné par la sainte Inquisition, je pense que je ne vous apprend rien, c'est bien connu que Bruno croyait en des univers multiples (entre autres intuitions géniales qu'il avait eu)

Image
Giordano Bruno

Barrau nous évoque aussi François Rabelais qui dans son oeuvre (Pantagruel je crois) évoque le philosophe grec Pétron (alors je ne connaissais pas ce philosophe mais apparemment c'est un philosophe pythagoricien du 6ème siècle avant JC (donc l'époque d'Anaximandre que j'ai cité plus haut) , et il soutenait l'idée d'une pluralité des mondes disposés de manière triangulaire, et aurait écrit un livre sur le nombre des mondes qui est selon lui égal à 183 - et tous se touchent.
Barrau distingue tout de même les conceptions de gens comme Giordano Bruno et de Rabelais (ce dernier étant plus dans une pensée un peu mystique)

Pour ce qui est de l'âge classique, le conférencier évoque bien sûr (vous le voyiez venir je pense) Leibniz.
Alors je dois vous avouer que j'ai toujours eu un peu de mal avec la pensée de Leibniz et ses histoires de monades et autre, mais on a tendance à penser à lui quand on pense pluralité des mondes ..

Image

Bon au passage, je poste une émission sympa sur Leibniz qu'il faudra que j'écoute du coup :mrgreen: https://www.youtube.com/watch?v=uE2ptGyGH2I

A noter que chez Leibniz les différents mondes dont il parle sont plutôt des mondes possibles que des mondes réels, si bien que selon Barrau, n'est pas la figure tutélaire à laquelle il faille référer pour penser le multivers. Bon on pourra en reparler à part si vous voulez (ceux qui sont fans de ce philosophe n'hésitez pas à en parler dans la rubrique philo ça m'intéresse)

Barrau évoque aussi Fontenelle et son essai sur l'astronomie nommé : Entretien sur la pluralité des mondes
Mais dans le cas de Fontenelle, on serait plutôt dans une sorte d'entreprise libertine, c'est plus une sorte de métaphore pour une sorte de relativisme philosophique qu'une réflexion sur le réel en tant que tel.

Pour ce qui est des penseurs contemporains, Olivier Barrau termine la petite introduction de son exposé en évoquant David lewis, philosophe du langage, qui propose un nouveau type d'analyse nommée « contrefactuelle », appuyée sur la logique modale .. Je n'ai pas tout compris à cette partie de l'exposé, on pourra en reparler.
voici un lien : http://medomai.over-blog.com/2016/04/ca ... -1973.html

Il évoque ensuite Nelson Goodman, philosophe analytique, logicien américain, qui s'intéresse à la diversité des mondes dans un sens encore différent : à savoir la diversité de notre capacité à créer des mondes à partir des capacités symboliques. Ainsi pour Goodman le point important est le refus du réductionnisme. On ne réduira pas le monde du romancier James Joyce à la physique théorique par exemple, il dit en gros que les champs quantiques, les quarts de ton, les fées etc ne vivent pas dans le même monde. il faut référer a des systèmes symboliques différents, indépendants les uns des autres ... Bon ....


Ca c'est donc le début de son exposé, après, pendant une énorme partie de sa conférence, Barrau parle bien évidemment du multivers au sens de la science moderne, de la Physique et de la cosmologie moderne. L'exposé devient alors plus technique et je vous invite à l'écouter, je ne me risquerai pas à évoquer tout.

Quelques idées en vrac que j'ai noté tout de même ; au début, il parle de relativité d'Einstein, et il explique qu'au-delà de la révolution que cette théorie a constitué sur notre manière d'envisager l'espace (ce dernier étant désormais capable de se distordre) ce que la relativité a montré avant tout est que l'espace est un champ dynamique comme les autres et que si on lui applique les symétries de la cosmologie, on aboutit à 3 géométries (topologies) possibles
--> deux d'entre elles conduisent à un espace infini,
--> celle qui conduit à un espace fini conduit à un espace beaucoup plus grand que l'univers observable (L'univers observable étant délimité par définition par ce qu'on appelle communément le rayon de Hubble)

On est donc déjà dans une forme de multivers avec cette approche car si on considère l'univers comme "simplement" la totalité de ce qui est causalement corrélé à nous, alors la réalité est bien plus large que cela. Barrau prend alors la métaphore du poisson dans l'océan ; si on est un poisson on peut se demander comment se fait-il qu'il n'y a que de l'eau dans l'univers, de même pour nous et l'univers, il se pourrait que l'aspect local de notre rayon de Hubble ne soit pas totalement représentatif de l'infinité de l'univers au-delà du rayon de Hubble .. ça laisse songeur évidemment

Si l'univers (ou le multivers) est constitué d'une infinité d'univers au sens "rayon de Hubble", alors tout ce qui est possible doit se reproduire à l'infini une infinité de fois, on doit donc avoir des copies exactes de nous-même dans des galaxies clones de la voie lactée ultra lointaines etc :shock:


Mais l'autre forme d'univers multiples possibles (les deux se combinent d'ailleurs peut-être, selon moi) c'est évidemment des univers qui existeraient dans d'autres réalités (parallèles si l'on peut dire), non seulement spatialement bien plus loin que le rayon de Hubble.

Bon à partir de ce moment là de l'exposé ça devient vraiment technique notamment quand monsieur Barrau évoque les trou noir de Kerr (des trou noirs en rotation). A un moment il évoque le Diagramme de Penrose Carter (je vous laisse creuser ce que c'est sur le lien que j'ai mis :lol: ) voici ce qu'en dit wikipédia :
Les diagrammes de Penrose, inventés par le mathématicien britannique éponyme, sont une façon de représenter plusieurs métriques spatio-temporelles (solutions de l'équation d'Einstein) en supprimant systématiquement deux dimensions d'espace : la figure résultante est donc plane, représentable facilement dans le plan euclidien (c'est-à-dire une banale feuille de papier).


bon en fait c'est pas si dur à comprendre et ce que je comprend c'est un peu comme les planisphères qui représentent le globe terrestre en deux dimensions je pense sauf que là c'est transposé à l'univers (corrigez-moi si je me trompe)

ci-dessous : schéma d'un trou noir de Kerr
Image

Le point de son exposé que j'ai beaucoup moins saisi c'est quand à partir de la physique complexe des trou noirs (notamment des trou noir de Kehr) il évoque la possibilité (si j'ai bien compris) que DANS les trou noirs, il y ait d'autres univers. Bon apparemment c'est un jeu mathématique mais il n'est pas sûr que ces univers soient physiquement viables et il est à parier qu'ils ne soient pas accessibles ...

ces meme trou noir ont été convoqués dans des modèles de sélection darwinienne cosmologique, supposant qu'ils pourraient etre des pouponières d'univers, chaque trou noir créerait un nouvel univers dans l'univers parent, l'univers fils hériterait des lois de l'univers père, avec un phénomène de sélection darwinienne .. une idée assez fascinante :shock:

Par la suite dans son exposé, il aborde des notions de physique quantique complexe que je n'évoquerai pas ici, ou brièvement, notamment la notion d'effondrement du paquet d'onde , qui est ce qui arrive quand un système quantique interagit avec un système classique, on va supposer un effondrement du paquet d'onde , une projection du vecteur d'état, ce qui rompt l'unitarité du processus et pose des problèmes conceptuels.
plus de détails sur ce phénomène : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9du ... t_d%27onde
La réduction du paquet d'onde est un concept de la mécanique quantique selon lequel, après une mesure, un système physique voit son état entièrement réduit à celui qui a été mesuré.

Bon c'est assez connu en fait mais je dois avouer que je n'en ai qu'une vague conception un peu vulgarisée.

Pourquoi parle t'il de ça ? car il arrive ensuite à la notion d'interpretation de Everett (du nom du physicien de Princeton Hugh Everett )
https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_d%27Everett

La théorie d'Everett, appelée aussi théorie des états relatifs, ou encore théorie des mondes multiples, est une interprétation de la mécanique quantique visant à résoudre le problème de la mesure quantique.


d'après ce que j'ai compris en gros ça veut dire que quand un système quantique interragit avec un système classique --> on a une sorte d'embranchement avec un univers parallèle (il donne comme exemple celui du chat de Schödinger, qu'on présente souvent dans la fameuse expérience de pensée comme "à la fois vivant et mort", or dans cette interpretation de la théorie, ca voudrait dire que le chat serait vivant dans un univers, mort dans un autre .. :penseur:

L'interpretation dite de Everett est à distinguer de l'interrpretation canonique de Copenhague

ci-dessous : Hugh Everett (avec une petite citation :mrgreen: )

Image

Je signale une page web intéressante, écrite d'ailleurs par Aurelien Barrau : Peut-on tester les univers multiples : https://lejournal.cnrs.fr/billets/peut- ... paralleles



Dans la suite de son exposé, Aurelien Barrau évoque les fameuses tentatives de relier la relativité générale et la Physique quantique. Alors comme vous le savez il y a plusieurs approches, l'une d'elle est la Gravitation quantique à Boucles

est une tentative de formuler, sans espace de référence, une théorie de la gravitation quantique, et donc d'unifier la théorie de la relativité générale et les concepts de la physique quantique. Elle est basée sur la quantification canonique directe de la relativité générale dans une formulation hamiltonienne, les trois autres interactions fondamentales n'étant pas considérées dans un premier temps. Une difficulté de l'approche est que le temps joue un rôle singulier et que la covariance générale des équations n'est plus manifeste.


Pour ceux du forum qui ne sont pas trop familiers des mathématiques et qui ne savent pas ce qu'est un hamiltonien, pour info c'est une formule qui ressemble à ça :lol: (c'est ce qu'on appelle aussi une transformée de Legendre, ou Lagrangien)
Image

bon ceux qui ont fait classes prépa auront bien reconnu.
plus de détails ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9ca ... iltonienne

en gros c'est donc une reformulation des équations de la mécanique classique sous un nouveau formalisme qui a facilité l'élaboration théorique de la mécanique quantique. Bon c'est technique on est d'accord, mais pas si dur à comprendre.

Dans la théorie de la Gravitation Quantique à Boucles, on a donc ce qu'on appelle une quantification canonique des équations de la relativité.

Bon après en gros, ce que je comprend c'est que si on applique les équations de cette théorie (qui est une théorie dite de Jauge) à un système comme l'univers, alors on s'aperçoit (et c'est cool ! ) que la singularité initiale, à savoir le Big Bang, disparait.

Le Big Bang est alors plutôt remplacé par une sorte de "Big Bounce", un grand rebond, qui laisse penser qu'il y aurait eu avant une phase de contraction. Dans cette approche on voit donc que la notion de multivers n'est plus vraiment "spatiale" (spatiale entre guillemet) mais plutôt "temporelle". C'est un peu comme un univers "qui pulse" mais il y a une sorte de remise à zéro dans chaque cycle.

d'un univers au suivant, tout serait décorrélé, encore que (selon Barrau) il n'est pas impossible que certaines perturbations comme les ondes gravitationnelle puissent survivre au rebond et persister d'un cycle d'univers à l'autre (ce qui nous permettrait peut-être un jour si on arrive à détecter de telles choses, d'avoir des connaissances même parcellaires sur l'univers "d'avant"

je ne sais pas si vous vous souvenez mais il me semble qu'il y a eu une découverte qu'on avait relayé sur le forum l'an passé à propos de ça, mais je crois que ça n'a pas été vraiment confirmé depuis, voir ce topic : viewtopic.php?f=33&t=7529


Après avoir évoqué ceci, Aurelien Barrau évoque la théorie inflationnaire de l'univers
Bon l'inflation, c'est bien connu mais je le rappelle :

L'inflation cosmique est un modèle cosmologique s'insérant dans le paradigme du Big Bang lors duquel une région de l'univers comprenant l'univers observable a connu une phase d'expansion très violente qui lui aurait permis de grossir d'un facteur considérable : au moins 1026 et probablement immensément plus (de l'ordre de 101 000 000, voire plus encore dans certains modèles). Ce modèle cosmologique offre, à la fois, une solution au problème de l'horizon ainsi qu'au problème de la platitude.


un petit schéma :

Image

L'inflation exprime donc le fait que, quelques instants après le big bang la taile de l'univers a été décuplée d'un facteur considérable.
Ce qu'il faut dire sur cette théorie (qui s'insère dans le paradigme plus vaste du Big Bang) c'est qu'elle est très très bien corroborée par l'expérience. Elle permet notamment de comprendre l'existence des grandes structures de l'univers comme les superamas de galaxie etc.

Alors toujours d'après ce que j'ai compris de sa conférence, cette théorie de l'inflation, d'après les modèles les plus simples si on la regarde de près, va plus ou moins générer un chapelet d'univers, une arborescence d'univers bulles en nombre infini (et non un seul univers).
Donc le multivers découlerait de la théorie de l'inflation (qui est à l'heure actuelle une très bonne théorie bien testée par l'expérience)
Vous voyez où je veux en venir, et où veut en venir Barrau, c'est l'idée que les multivers c'est donc loin d'être ridicule et à écarter dédaigneusement, puisque c'est une conséquence d'une théorie actuellement très solidement établie (même si elle sera peut-être remise en cause un jour)

Alors après, il aborde dans la conférence des points très techniques et je n'ai pas tout compris, donc il va falloir me corriger si je dis des conneries, mais en gros, il parle de la théorie des cordes, et il explique que c'est une théorie de gravité quantique puisque les cordes possèdent dans leur spectre d'excitation un boson sans masse de spin 2 (le fameux graviton), c'est aussi une tentative d'unification des interractions fondamentales et des particules élémentaires. La théorie requiert l'existence de dimensions supplémentaires recroquevilées sur elles meme (on dit compactifiées) et ce qui est intéressant c'est qu'on voit apparaitre dans le cadre de cette théorie un très grand nombre de lois physiques différentes ( ce qu'on appelle le paysage de la théorie).

autrement dit, ce ne sont plus seulement les phénomènes qui vont varier mais aussi les LOIS donc les régulateurs

Contrairement à ce qu'exprimait Leibniz la vraie question ne serait donc pas vraiment "Pourquoi y a t'il quelque chose plutôt que rien ?", mais "pourquoi une telle diversité et non une morne uniformité ?"

Ensuite Barrau s'embarque un peu dans des considérations plus philosophiques, en exprimant le fait que cette idée d'univers multiple n'est pas (comme apparemment certains le croient :penseur: ) un retour à une forme d'anthropocentrisme, mais c'est tout l'inverse. Il y aurait une continuité, on serait passé du géocentrisme, à l'héliocentrisme, puis au galacto-centrisme, au cosmo-centrisme, la réalité (le multivers) serait finalement peut-être acentrique (sans centre) L'idée de multivers faisant déchoir l'univers lui-même de son piédestal, ce qui constituerait la dernière grande révolution de nos conceptions du réel, il faudrait réinterpréter l'univers comme un simple ilot parmi d'autres.

Dans la dernière partie de son exposé, Barrau essaie de répondre à deux questions fondamentales qui surgissent naturellement après qu'on ait évoqué tout ça :

1. Qu'est-ce que ca change ? est-ce juste une posture métaphysique ?
2. est-ce encore de la science au sens orthodoxe et conservateur du terme



A la première question, il commence par donner un point de vue assez personnel et en lequel pour ma part je me reconnais totalement, à savoir que la Physique ne doit pas être simplement confondue avec son usage instrumental. Idée que la Physique serait ce qui permet d'améliorer les téléphones portables :mdr: Elle a un rôle énorme à jouer pour nous aider à élaborer le grand récit de nos origines. Bon inutile de dire que je suis totalement d'accord et que c'est ce que je trouve beau dans la science, la Physique, l'astronomie, ça ouvre des perspectives philosophiques très vastes (ça fait rêver et ça nous reconnecte à nous-même je trouve) bref

Un peu plus tard, après avoir abordé une question qui me dépasse (il parle de Paul Steinhardt, physicien de Princeton mais je n'ai pas tout saisi je vous laisse écouter), Barrau se fait l'avocat de l'idée de multivers, en évoquant les différentes conceptions un peu "concurrentes" on va dire, qui tentent d'expliquer pourquoi nous sommes là. Car en effet la grande question qu'on peut se poser c'est : comment se fait il que les lois de la physique semblent si bien adaptées à l'existence de la complexité dans l'uinvers, de la vie etc. Là les gens répondent de diverses manières :

--> première réponse : on a tout simplement eu beaucoup de chance, c'est le hasard. inutile de dire que moi comme Barrau n'aimons pas cette hypothèse :lol:
--> L'autre solution, c'est le dessein intelligent (intelligent design en anglais) ; l'idée que les choses sont ainsi car Dieu a voulu que l'humanité et la vie apparaissent, en gros ... Mais ce n'est pas très scientifique. A noter que moi-même pendant un temps (et je crois que c'est parceque j'étais UN PEU TROP influencé par mes lectures de Trin Xuan Thuan voire de Hubert Reeves à une certaine époque) je penchais un peu philosophiquement vers cette idée, pas au sens le plus radical, limite religieux comme certains, mais c'était un peu l'idée. J'ai changé d'avis je dois avouer, depuis que j'ai plus réfléchi aux implications du multivers, et à écouter pas mal de vidéos avec TXT je trouve que lui aussi a mis de l'eau dans son vin (ou alors je l'ai mal interprété au départ) donc loin de moi l'idée de caricaturer sa pensée. En tout cas je me reconnais plus dans l'approche à la fois prudente et néanmoins très enthousiaste de Barrau sur le multivers.

--> et donc ensuite comme troisième hypothèse possible on a donc bien évidemment l'hypothèse du multivers, là ça devient intéressant (je trouve) Barrau prend la métaphore du loto, si on joue une fois au loto on est presque certain de perdre. Mais si on joue une infinité de choix on est presque certain de gagner. il n'est pas étonnant dès lors que parfois les lois soient favorables à la complexité. Perso je trouve que c'est la manière la plus élégante de résoudre ce mystère fascinant (pourquoi existons-nous)


L'hypothèse 2 évoqué ci-dessus fait bien évidemment penser à ce qu'on appelle le principe anthropique (énoncé par l'astrophycieien Brandon Carter en 1974), mais Barrau rappelle qu'il y a souvent une mésentente chez certains à propos de ce qu'il implique : Le principe anthropique n'est pas un principe finaliste ou téléologique (qui dit que les choses sont ce qu'elles sont car il fallait que l'Homme existe en gros), c'est le contraire de ça en réalité : c'est juste un rappel de la méthode scientifique qui dit que l'environnement direct n'est pas nécessairement représentatif de l'ensemble de l'échantillon et qu'il y a évidemment un biais de sélection.
Notre environnement direct (planète tellurique, la Terre) est biaisé par ce que nous sommes. Vu notre nature, vu le cheminement qui a conduit à nous, on ne pourrait pas être au centre du soleil par exemple, ou dans le vide cosmique, c'est logique. si on veut reconstruire l'univers a grande échelle on doit tenir compte de ce biais de sélection.

Je poste la définition du principe anthropique selon wikipédia (qui fait bien la distinction entre le principe anthropique au sens faible, et au sens fort, ce qui est deux choses très différentes)

Le principe anthropique au sens large est un principe épistémologique selon lequel, étant donné que des êtres sapiens tels que l’humain (anthropos en grec) existent, les propriétés de l'Univers sont nécessairement compatibles avec leur existence. Cette constatation permet, en principe, de contraindre des paramètres ou des processus physiques ou chimiques, fournissant ainsi des prédictions ou des heuristiques pouvant guider les recherches scientifiques.

Ce principe, proposé par l’astrophysicien Brandon Carter en 1974, existe en deux versions principales. Le principe anthropique faible dit que ce que nous pouvons nous attendre à observer doit être compatible avec les conditions nécessaires à notre présence en tant qu’observateurs, sinon nous ne serions pas là pour l'observer. Le principe anthropique fort postule que les paramètres fondamentaux dont l'univers dépend sont réglés pour que celui-ci permette la naissance et le développement d’observateurs en son sein à un certain stade de son développement.

La première variété ressemble à une simple tautologie, la seconde à une prise de position métaphysique. Cependant l'une comme l'autre relèvent d'observations de physique et en particulier en cosmologie, où il semble que les lois de la physique comportent un grand nombre d'ajustements fins sans lesquels l'univers n'aurait pas eu une stabilité suffisante pour que la vie puisse avoir le temps d'y apparaître, ou les étoiles n'auraient pu s'allumer, ou pas pu former d'éléments lourds (niveaux énergétiques permettant à l'hélium de fusionner en fer).

(https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_anthropique)



Auelien Barrau tente ensuite de répondre à la question évoquée plus haut : est-ce encore de la science au sens orthodoxe et conservateur du terme ? est-ce bien sérieux tout ça ? est-on encore en train de faire de la Physique en réfléchissant aux univers multiples.

Et là il parle évidemment (entre autre) du principe de Karl Popper, principe que d'ailleurs il semble assez peu aimer car il le trouve un peu limité ..

Il commence par rappeler que la définition même de la science est complexe, et que la définition poppérienne n'est pas la seule possible,

:arrow: on pourrait recourir à une épistémologie plus sociologique à la Pierre Bourdieu

:arrow: à une épistémologie plus anthropologique a la Latour

:arrow: plus paradigmatique à la Thomas Kuhn
Le terme de paradigme, mis en avant par Thomas Samuel Kuhn, en 1962, dans La structure des révolutions scientifiques, est maintenant couramment employé pour désigner une manière de voir ou une méthode à suivre. Pour Kuhn, il s'agit de l’ensemble des principes et méthodes partagés par une communauté scientifique. C'est un modèle à suivre qui, pour un temps, fait autorité, puis sera remplacé par un autre.


:arrow: plus artistique à la Feierabend
:arrow: plus poétique a la Bachelard ..

etc etc toutes ces visions plus ou moins correctes selon nos attentes de la science donneraient lieu à des définitions différentes. Selon Barrau la définition popérienne apparait comme faible actuellement et la plupart des théories scientifiquement admises aujourd'hui comme le darwinisme auraient été considérées comme infalsifiables à leur émergence (donc selon la définition pure de Popper, non scientifiques). ce qui devrait nous inciter à rester humbles.

ci-dessous : Karl Popper
Image

Maintenant si on prend l'argument de Karl Popper, une théorie est vraie tant qu'on n'a pas démontré qu'elle est fausse, il semble au premier abord que le concept de multivers soit non testable, infalsifiable (on ne peut pas aller se ballader dans ces univers ou observer des choses en leur sein, vu qu'ils sont décorrélés du notre), ce qui ne plaide pas pour son caractère scientifique. MAIS en fait Barrau émet deux bémols à cette manière de voir les choses.
1. Déjà car il n'est pas dit à 100% qu'il n'y ait aucune interraction entre les univers multiples,
et là son argument est assez technique, je vous invite à écouter ce qu'il dit car je risque de déformer mais il parle d'intrication quantique et de ce qui se passe dans le cadre d'univers enchevêtrés. si on mesure l'état d'un photon on va changer la polarisation d'un autre photon
(bon tout ceci me fait penser au paradoxe EPR, einstein Podolsky Rosen, et je pense qu'il veut parler de ça mais j'ai du mal à faire le lien avec l'idée de deux univers :penseur: )

je le cite :
"des calculs sérieux ont été fait montrant que : le potentiel du champ d'inflaton (?) va recevoir des corrections quantiques lors de la décohérence d'un des univers si l'autre est dans un état enchevêtré donnant éventuellement naissance à des effets qui sont tellement gros qu'ils sont déjà contredits par les données expérimentales "
bon si vous avez compris ce qu'il veut dire moi non :lol:
je ne connaissais même pas ce terme d'inflaton. Voici ce qu'en dit wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Inflaton
L'inflaton, également appelé « faux vide » ou « champs scalaire primordial »1, est le nom donné à la forme d'une matière hypothétique responsable de l'inflation cosmique, cette époque où l'univers a grandi de façon colossale. Du point de vue de la physique des particules, il s'agit d'un hypothétique champ scalaire, à l'instar du champ de Higgs électrofaible, mais qui est doté d'une dynamique très différente.
(...)

je vous laisse lire la suite sur le lien ..

Bref, l'idée est qu'il n'est pas en principe exclu d'observer des interactions entre les univers :penseur:


Mais l'argument plus philosophique est de dire que : le multivers n'est en fait pas une théorie mais une conséquence d'autres théories
La relativité générale par exemple, c'est une théorie, mais le multivers, non c'est plutôt une conséquence de théories. Donc aucun problème avec le principe de Popper (si on se réfère à lui) ce qu'on doit tester c'est la théorie elle même meme si c'est dur cf la théorie des cordes etc

si ces théories venaient à être infirmées alors toutes leurs conséquences s'effondrent avec elles y compris l'idée d'univers multiples.
si au contraire elles venaient à être corroborées pour devenir un nouveau paradigme il y aurai alors quelque chose proche de l'obstination voire obscurantisme selon Barrau à leur dénier la conséquence de prédire des univers multiples d'autant qu'ils permettent de résoudre certaines apories de physique théorique.

Je ne sais pas vous mais je suis terriblement séduit par ses arguments.

Il termine sa conférence en disant qu'il serait bon aussi de mettre en résonance ces idées scientifiques du multivers avec certaines formes de pensées contemporaines comme celle du philosophe français Jean Clet Martin (lequel explore aussi la notion de plurivers)

Il travaille autour du concept de multiplicités avec Gilles Deleuze. Son travail tourne autour du labyrinthe. Le concept d'Ossuaires (Ed. Payot, 1995), est la construction d'un ensemble d'éléments qui tiennent debout par des différences incongrues, étrangement recomposables. La lecture de Borges (Ed. de L'éclat, 2006) n'est pas étrangère à cette architecture, à cette composition de Babel : alphabets gigantesques, nombres vertigineux conduisent à chiffrer des Variétés, à combiner des Pluralités que les écrits de Jean-Clet Martin explorent sous un Plurivers excédant tout "Univers" (Ed. P.U.F, 2010). Ce jeu de "construction" et de "déconstruction" se mesure au concept de "différance" dans l'œuvre de Derrida (Ed. Max Milo, 2013).


bon à creuser :mrgreen:
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

Aries Phoenix
La montagne du destin
La montagne du destin
Avatar du membre
Messages : 28627
Enregistré le : mar. avr. 23, 2013 1:37 pm
Localisation : Jamir (Tibet), Au cœur du Volcan (Santa Lucia), Nivelles (Belgique)
Gender :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar Aries Phoenix » lun. juin 26, 2017 10:12 am

C'est fort complexe tout ça, et ça fait appel à pas mal de prérequis philosophiques et scientifiques... Je ne me prononce pas même si j'ai écouté la conférence et lu ton texte.
Image

Le bonheur ne se poursuit pas, il se trouve

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar phoenlx » lun. juin 26, 2017 10:15 am

oui je suis d'accord avec toi, ce qui est bien avec ce type de conf c'est que ça ouvre pas mal de perspectives de recherches et lectures (hier après l'avoir écouté je me suis téléchargé une émission cool sur Leibniz pour réviser un peu, vu qu'il en parle un peu au début mais entre moult autres trucs. il faudra que je l'écoute en totalité dans la semaine. Autrement tous les concepts de physique quantique c'est clairement complexe il faudrait entrer dans le détail dans les significations des équations et tout
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 349545
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les univers parallèles - Le multivers

Messagepar phoenlx » mer. mars 21, 2018 5:09 pm

c'est la barbe, la vidéo que j'ai posté juste au-dessus (et que je commente très longuement dans mon précédent post) ne s'affiche plus
(elle était pourtant excellentissime et brillante à écouter, comme souvent les conf de Barrau)

du coup j'en reposte une autre que j'ai écouté cet après midi, un peu plus courte et réduite par rapport à l'autre (avec moins d'arguments) mais néanmoins très bonne elle aussi .. et que j'ai partagé aussi dans le topic sur Giordano Bruno : viewtopic.php?f=100&t=5410



bon j'espère que celle-ci va rester en ligne sur you tube :siffle:
Le topic pour les débutants du forum : Cliquez ici


Retourner vers « Astronomie, Ciel et Espace »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités