• Déconfinement : Restez prudent !!

Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Films appartenant au genre Fantastique ou Epouvante inclassables ailleurs. Films mélangeant plusieurs genres ! Horreur érotique, Fantastique Epouvante, Aventure Epouvante, Thrillers fantastiques ou ésotériques etc.
Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106112
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar Scarabéaware » mar. mai 03, 2016 5:12 pm



Tout premier film de David Lynch, écrit, réalisé et produit par lui, il est sorti en 1977. Ce premier long métrage, en noir et blanc, du cinéaste provient d'un scénario faisant 22 pages qu'il qualifiera de «sorte de poème en style libre ». Jack Nance, bien connu pour son rôle de Pete Martell dans Twin Peaks, série également réalisé par David Lynch, joue ici pour la première fois pour le réalisateur. Suite à ce film il deviendra un fidèle collaborateur de David Lynch jouant dans Dune, Blue Velvet, Sailor et Lula, Mystères à Twin Peaks, Lost Highway. Dans Eraserhead il tiens le rôle principal, celui de Henry Spencer

Image

Eraserhead a pour considération d'être un classique du cinéma fantastique, lui valant l'honneur d’être retenu comme un film « culturel, historique ou esthétiquement important » par le National Film Registry en 2004.

Synopsis :

Un homme est abandonné par son amie qui lui laisse la charge d'un enfant prématuré, fruit de leur union. Il s'enfonce dans un univers fantasmatique pour fuir cette cruelle réalité.


A savoir autour du film :twisted: :
Le film a été rendu célèbre par une campagne de promotion orchestrée autour du fait qu’il était diffusé dans seulement quelques salles aux alentours de minuit. Les spectateurs se voyaient récompensés à la sortie de la séance d’un badge au message délibérément énigmatique, sur lequel on lisait : « I saw it! » (« Je l’ai vu ! »), sans plus de précisions.




Bon pis bien sur on pourra préciser qu'il semble bon de le déconseiller aux âmes sensibles quand nous voyons les impressions de Myrdred après son visionnage : viewtopic.php?p=930458#p930458 :mrgreen:

Mais si vous le voyez...après ça...venez donc jouer avec Bob :twisted:

Image

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342970
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (David Lynch, 1977)

Messagepar phoenlx » mar. mai 03, 2016 5:25 pm

bon on se le regarde ce soir ? :mrgreen:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106112
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (David Lynch, 1977)

Messagepar Scarabéaware » mar. mai 03, 2016 5:34 pm

Oh oui on se le fait, je vais commencer vers 21 h, j'espère ne pas faire de cauchemars après :lol:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342970
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (David Lynch, 1977)

Messagepar phoenlx » mar. mai 03, 2016 5:35 pm

oui je me demande à quoi on peut s'attendre. en plus je suis dans un état psychologique fatigué aujourd'hui :lol:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Myrdred
La palestre
La palestre
Avatar du membre
Messages : 6611
Enregistré le : dim. nov. 22, 2009 10:05 pm
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Eraserhead (David Lynch, 1977)

Messagepar Myrdred » mar. mai 03, 2016 6:32 pm

Bon suicide mental :mrgreen:
Je préfère les trésors de mon esprit à toutes les richesses de la terre.

"...he had sacrificed much in pursuit of the Ultimate Truth... a permanent chair at the University of Covenant... a seat in the King's court... and, there was no denying it, his soul."


Obey Me !


Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106112
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (David Lynch, 1977)

Messagepar Scarabéaware » mar. mai 03, 2016 10:52 pm

On va remette ton commentaire d'ailleurs Myrdred :D

Myrdred a écrit :Affreux, atroce, monstrueux, ignoble, répugnant, aucun de ces qualificatifs ne pourrait permettre de décrire complètement ce film tant il est tout ça à la fois, c'est bien simple, c'est une abomination, un affreux produit de l'imagination du diable lui-même. Jamais devant un film, je n'ai ressenti un tel dégoût, une telle répugnance, un tel effroi même tant ce machin immonde vous retourne les tripes au point qu'il m'a donné envie de vomir, même Antéchrist était bien en deçà de cela. Je prie pour ne pas faire de cauchemars de cette horreur à présent, il n'y a pas de mots assez affreux que pour décrire un tel spectacle d'horreur, horreur telle qu'elle a failli me provoquer une crise d'angoisse et ce n'est pas une blague, de ma vie, je n'ai jamais vu un film aussi répugnant, Dune avait déjà une esthétique très moche mais là c'est le summum, ce film aurait dû être enterré au plus profond des entrailles de la Terre, scellé par une centaine de portes aux gardiens plus redoutables les uns que les autres et à l'entrée impossible à trouver, celle-ci étant scellée elle-même par un sceau divin infranchissable, l'horreur absolue doit être cachée loin des yeux qu'elle pourrait atteindre, cauchemardesque tout simplement ce film, sans doute l'un des pires que j'aie jamais vus, si son intention était de me répugner au plus haut point, c'est une réussite. Sur ce, je m'en vais rendre tripes et entrailles.


Moi ça va très bien...à part à la fin où je gesticulait parce que là j'avais enfin les hauts le cœur :lol:. Je l'ai pas trouvé si affreux que ça Eraserhead, quoique assez anxiogène par moment. Je le dirais pas non plus ignoble, je ne l'ai pas spécialement trouvé choquant et c'est dans une certaine lignée de folie, David Lynch expérimentait déjà bien même si là je dois avouer que c'est vraiment bizarroïde et moins palpable. Toutefois par 3 fois on voit qu'on plonge dans des abysses sombres et une fois on sort vers la lumière mais pour avoir un moment néanmoins étrange. Bon bien sur on a ce bébé des plus étranges, un véritable bébé E.T. dans son genre, je crois que ça passe si on se dis ça lol, d'ailleurs j'en suis venu à le trouver mignon. Mais allez coup de poing dans la face, c'est au moment je le trouve mignon ce truc qu'il tombe malade, argh :transpire:. J'admets c'est pas beau mais ça reste plutôt supportable. C'est à la fin que c'est complétement vomitif. Et tiens je pensais à Bombur je suis sur que lui tout ira très bien, il est capable de nous dire que rien ne lui a fait d'effet s'il voit. Enfin on verra. Bref...je parlais aussi d'anxiogène par moment, je l'ai eu bien avec la fameuse femme assez jolie, très troublante elle mais alors avec l'insistance sur le regard et tout tu t'inquiètes de ce qu'il va se passer. Autant je dirais que ce n'est pas si atroce, autant au bout d'un moment tu te demandes quand même ce qui va venir qui puisse être horrible. Mais on finit par souffler un peu après un moment de tension. On explore drôlement. Ah et pensée pour le coup du poulet...c'est très vaginale je dirais ce poulet, il y a quelque chose de subversif dans la scène mais d'une manière psychotique pourrait on dire :transpire:. En plus après ça nous amène à une certaine info...j'y vois quand même un effet symbolique, comme pour ce qu'on voit au début, l'espèce de ver...
Moué...c'est pas très net dans la tête de Henry, on est dans son petit monde qui a quand même de quoi laisser perplexe. Le manque de réactivité par rapport à certains évènements et les attitudes très étranges je me dis qu'il faut les prendre en se plaçant dans la tête de Henry qui voit bizarrement les choses. Faut dire que le père de sa copine qui sourit bêtement ça peut poser problème mais s'expliquer par la dose de folie qui se présente à nous.
C'est particulier je reconnait mais pas totalement dénué de sens dans ce cadre là et quand on sait qu'on est avec Lynch. Bref, c'est du bon premier film qu'il nous livrait là, et c'est assez cocasse de voir des éléments qui font penser à ses œuvres qui ont suivi. Sur l'espèce de scène halluciné où on voit finalement apparaître une étrange fille j'aurais bien aussi vu apparaître un géant avant qu'elle ne vienne :lol:. Bon pis j'imagine très bien que malgré le noir et blanc, les rideaux sont rouges.
Tout cela donne vraiment une atmosphère étrange mais qui correspond bien à Lynch, du coup j'ai quand même assez apprécier même s'il nous balade un peu avant des moments d'horreur à sa façon et des moments hallucinés qui ont de quoi laisser pensif mais donnent un bon renvoie et portent suffisamment bien à réflexion. Henry se retrouve seul face à lui même avec ce bébé à charge par un moment, déjà qu'il était pas très net, on plonge du coup un peu plus.
Voila, je suis pas mécontent de l'avoir vu, par contre j'espère que j'en rêverai pas, même si c'est plutôt supportable au final, ça reste avec de quoi donner un peu d'appréhension. C'est assez marquant. Bon pis soit je supporte plutôt pas mal, soit c'est moi qui suis trop dérangé :rire:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342970
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (David Lynch, 1977)

Messagepar phoenlx » mar. mai 03, 2016 10:53 pm

j'ai pas pu le voir je suis déçu :( :siffle:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106112
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (David Lynch, 1977)

Messagepar Scarabéaware » mar. mai 03, 2016 11:00 pm

Oui bah va falloir mettre à jour ton VLC si ça se trouve, c'est très bizarre que ça ait pas marché puisqu'on a la même version :transpire:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Myrdred
La palestre
La palestre
Avatar du membre
Messages : 6611
Enregistré le : dim. nov. 22, 2009 10:05 pm
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Eraserhead (David Lynch, 1977)

Messagepar Myrdred » mar. mai 03, 2016 11:13 pm

Moi ça va très bien...à part à la fin où je gesticulait parce que là j'avais enfin les hauts le cœur :lol:. Je l'ai pas trouvé si affreux que ça Eraserhead, quoique assez anxiogène par moment. Je le dirais pas non plus ignoble, je ne l'ai pas spécialement trouvé choquant et c'est dans une certaine lignée de folie, David Lynch expérimentait déjà bien même si là je dois avouer que c'est vraiment bizarroïde et moins palpable.


En même temps, ça fait moins d'effet quand on t'a averti au préalable aussi. Sans compter que si tu t'y prépares psychologiquement, ça peut passer facilement mais si tu restes dans un état normal de réception, c'est des plus écœurants.

fameuse femme assez jolie


Jolie ? Jolie ?? Cette horreur, ajouté à ce qu'elle fait, c'est répugnant.

Ah et pensée pour le coup du poulet...c'est très vaginale je dirais ce poulet, il y a quelque chose de subversif dans la scène mais d'une manière psychotique pourrait on dire


Le poulet pour le coup, ça m'a plus fait rire qu'autre chose, à ce stade du film, je me disais que je devais m'attendre à une comédie absurde mais le pire restait à venir.

Bon bien sur on a ce bébé des plus étranges, un véritable bébé E.T. dans son genre, je crois que ça passe si on se dis ça lol, d'ailleurs j'en suis venu à le trouver mignon. Mais allez coup de poing dans la face, c'est au moment je le trouve mignon ce truc qu'il tombe malade, argh


T'as un bébé comme ça, tu le jettes par la fenêtre, c'est juste un monstre à tous points de vue.

portent suffisamment bien à réflexion


Je me demande bien laquelle :lol:

soit c'est moi qui suis trop dérangé


Il doit y avoir de ça pour apprécier ce genre de films :lol:
Je préfère les trésors de mon esprit à toutes les richesses de la terre.

"...he had sacrificed much in pursuit of the Ultimate Truth... a permanent chair at the University of Covenant... a seat in the King's court... and, there was no denying it, his soul."


Obey Me !



Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106112
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (David Lynch, 1977)

Messagepar Scarabéaware » mar. mai 03, 2016 11:43 pm

Jolie ? Jolie ?? Cette horreur, ajouté à ce qu'elle fait, c'est répugnant.


Oh bon ben on va dire chacun ses gouts alors :lol:. Je parle bien de la femme qui lui annoncé que Mary à téléphoné hein :D
Bon pis tiens je me rend compte que les captures d'écran rendent plus noires, bizarre, je voulais en mettre une :?

Le poulet pour le coup, ça m'a plus fait rire qu'autre chose, à ce stade du film, je me disais que je devais m'attendre à une comédie absurde mais le pire restait à venir.


D'accord, bah moi j'en ai même pas ri, je trouvais qu'il avait quelque chose d'assez pervers du coup :mdr:. Mais on est d'accord y a une belle absurdité mais ça compose avec un esprit dérangé, c'est l'impression que j'en ressors.

T'as un bébé comme ça, tu le jettes par la fenêtre, c'est juste un monstre à tous points de vue.


On est d'accord, difficile de vouloir de ça, soit on le jette, soit on le balance comme phénomène de foire, là on a le choix en dehors de toute raison lol

Hum pis sinon pour se porter à réflexion du coup je voulais dire par rapport à l'aspect folie qui ressort mais c'est tourné d'une façon qui se laisse difficilement palper. C'est des prémices, tu verras que Lynch a fait encore plus abouti en matière de folie. Là c'est la naissance de sa façon de faire en la matière :D

Voila, puis effectivement c'est sur que quand on se prépare et qu'on se lance pas sans prévention dans un tel film forcément on tiens mieux le choc. En tout cas l’écœurant je l'aurai bien dégusté sur la fin, argh.

Ah et sinon pendant que j'y pense, un élément qui m'a un peu amusé, c'est de voir dans la chambre d'Henry un cadre avec une explosion de bombe nucléaire, c'est pas mal ça :mrgreen:. Et mis comme ça, ça donne un beau symbole.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Myrdred
La palestre
La palestre
Avatar du membre
Messages : 6611
Enregistré le : dim. nov. 22, 2009 10:05 pm
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Eraserhead (David Lynch, 1977)

Messagepar Myrdred » mar. mai 03, 2016 11:54 pm

Je parle bien de la femme qui lui annoncé que Mary à téléphoné hein :D


Ah ok, pas le monstre dans le radiateur, juste l'autre allumée lubrique.

C'est des prémices, tu verras que Lynch a fait encore plus abouti en matière de folie


Bof, de ce que j'ai vu de lui, c'était assez nul et le prochain n'est pas pour tout de suite (je me demande d'ailleurs où je trouve le courage de regarder sa galerie des horreurs).

dans la chambre d'Henry un cadre avec une explosion de bombe nucléaire, c'est pas mal ça


Ah oui, j'avais remarqué, tout le décor est bien loufoque aussi, une espèce de plante sur sa table de nuit, du foin dans la maison, presque de quoi accréditer la thèse qu'en fait c'est un homme tout ce qui de plus normal qui rêve toute cette histoire et qui à travers ce rêve, rêve encore de l'horreur du radiateur. Bon par contre, le type à la fin, je ne sais pas à quoi il correspond.

En tout cas l’écœurant je l'aurai bien dégusté sur la fin, argh.


Ben, c'est le film le plus écœurant que j'aie vu, je ne sais pas si t'as vu pire mais franchement les trucs gore font moins d'effet que ça.
Je préfère les trésors de mon esprit à toutes les richesses de la terre.

"...he had sacrificed much in pursuit of the Ultimate Truth... a permanent chair at the University of Covenant... a seat in the King's court... and, there was no denying it, his soul."


Obey Me !



Somewhere
Almaren - Premier paradis
Almaren - Premier paradis
Avatar du membre
Messages : 65144
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar Somewhere » dim. oct. 30, 2016 6:16 pm

Je viens de voir ce film, mon vrai premier Lynch après Elephant Man et Dune qui étaient assez particuliers.

Mein gotten, c'était quoi ce truc ???? :peur:
~ Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir ~

Mes tops et classements divers sur le forum :


Myrdred
La palestre
La palestre
Avatar du membre
Messages : 6611
Enregistré le : dim. nov. 22, 2009 10:05 pm
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar Myrdred » dim. oct. 30, 2016 6:23 pm

Bienvenue en enfer !
Je préfère les trésors de mon esprit à toutes les richesses de la terre.

"...he had sacrificed much in pursuit of the Ultimate Truth... a permanent chair at the University of Covenant... a seat in the King's court... and, there was no denying it, his soul."


Obey Me !



Somewhere
Almaren - Premier paradis
Almaren - Premier paradis
Avatar du membre
Messages : 65144
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar Somewhere » dim. oct. 30, 2016 6:24 pm

Mais c'était dégueulasse !!!
~ Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir ~

Mes tops et classements divers sur le forum :


Myrdred
La palestre
La palestre
Avatar du membre
Messages : 6611
Enregistré le : dim. nov. 22, 2009 10:05 pm
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar Myrdred » dim. oct. 30, 2016 6:26 pm

Tout à fait et c'est un euphémisme mais apparemment ça a plu à Scarabé :lol:
Je préfère les trésors de mon esprit à toutes les richesses de la terre.

"...he had sacrificed much in pursuit of the Ultimate Truth... a permanent chair at the University of Covenant... a seat in the King's court... and, there was no denying it, his soul."


Obey Me !



Somewhere
Almaren - Premier paradis
Almaren - Premier paradis
Avatar du membre
Messages : 65144
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar Somewhere » dim. oct. 30, 2016 6:32 pm

Ben ça m'a plus aussi en faite malgré le côté cradoss du film, j'aime les trucs bizarres et pas net, et là j'étais servi. :mdr:

J'ai essayé de chercher un sens à ce film mais je n'ai pas trouvé, du coup je me suis laissé emporté par le bizarroide, faut dire que ça commence très fort avec la première séquence dans l'espace puis la cabane, le radiateur, en faite j'ai rien compris, mis à part qu'il a eu un enfant difforme avec une femme.
~ Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir ~

Mes tops et classements divers sur le forum :


Myrdred
La palestre
La palestre
Avatar du membre
Messages : 6611
Enregistré le : dim. nov. 22, 2009 10:05 pm
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar Myrdred » dim. oct. 30, 2016 6:38 pm

Il y a tout un tas de grilles de lectures, en fait l'interprétation de base, c'est le rejet de la réalité difficile d'un type peu favorisé qui a un enfant et doit s'en occuper. Ce rejet se manifeste par la fuite dans un rêve avec la monstrueuse comédienne de music-hall (qui écrase les embryons, symbole de cet enfant qu'il fuit). De là, on peut s'interroger sur ce que représente tout le sordide du film, symbolique de la réalité et des sentiments du protagoniste à son égard ou rêve également et puis on mélange avec le reste des éléments. Bref, ça m'intéresse pas trop d'aller chercher quoi que ce soit dans cette horreur de toute façon, je comprends que les producteurs aient envoyé Lynch bouler en voyant ça.
Je préfère les trésors de mon esprit à toutes les richesses de la terre.

"...he had sacrificed much in pursuit of the Ultimate Truth... a permanent chair at the University of Covenant... a seat in the King's court... and, there was no denying it, his soul."


Obey Me !



Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106112
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar Scarabéaware » dim. oct. 30, 2016 9:21 pm

Bon ben au moins ça t'aura plu Somewhere :lol:. Myrdred lui par contre il a toujours pas digéré :rire:
Après c'est sur que ce film a ce qu'il faut pour déranger, on a quelques visions d'horreur, enfin pas mal mais c'est assez intéressant cette visualisation à laquelle nous avons droit, Myrdred est d'ailleurs dans le juste concernant l'interprétation de base mais j'ajouterai que c'est aussi une exploration de la folie, et qui dis folie, dit qu'elle peut prendre bien des formes. Ici nous assistons à une véritable étrangeté dans ce que nous suivons, on palpe la folie dans ce qu'elle a normalement de difficilement palpable. Bref, moi je te dis du coup bienvenue dans la folie lynchienne mais je te rassure, après ça va mieux dans la façon de faire :rire:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342970
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar phoenlx » mar. juin 20, 2017 1:44 am

je l'ai enfin vu

heu mon avis à chaud :lol: viewtopic.php?f=132&t=11067&p=1123752#p1123752

non mais sérieusement c'est quoi ce film, j'en ai l'estomac retourné
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106112
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar Scarabéaware » mar. juin 20, 2017 12:32 pm

Moué, bon ben dommage qu'il t'ait surtout repoussé parce qu'il mérite pourtant clairement qu'on creuse un peu plus ce qu'il représente :lol:. Mais bon, ça m'étonne pas tellement après tout :mdr:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342970
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar phoenlx » mar. juin 20, 2017 1:52 pm

mince par contre je ne savais pas que c'était le même acteur que Pete Martel dans Twin Peaks :shock: mais oui c'est logique :mrgreen: il était étrange dans ce rôle :mdr: dans l'autre aussi remarque :lol:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106112
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar Scarabéaware » mar. juin 20, 2017 5:08 pm

Ah ben ça, à chaque fois qu'on le retrouve dans une réalisation de Lynch il nous apparait avec bien de l'étrangeté :lol:.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342970
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar phoenlx » mar. juin 20, 2017 8:23 pm

En fait Eraserhead était le film de fin d'études de Lynch (alors qu'il était encore étudiant en école de cinéma) le tournage était prévu pour durer 6 semaines au départ, il a duré finalement plusieurs années. Il a commencé à le préparer en 1971 ; Il a d'abord obtenu une bourse pour réaliser un film de 20 minutes puis a réussi à négocier plus (42 minutes) et des locaux somptueux pour tourner ; parmi les gens dont il s'est entouré dans son équipe il y avait entre autre Catherine Coulson (la future actrice de Twin Peaks incarnant la femme à la buche :mrgreen: ) ; plus tard en 1973 son école l'AFI a arrêté de financer et de fournir de la pellicule (pressentant le long métrage) ; un peu plus tard encore le cinéaste divorce, a habité un temps sur le plateau de tournage et a terminé son film avec les moyens du bord et avec son complice alan splet ; le film est sorti en 1977 et est devenu rapidement un phénomène (par la magie des séances de minuit)

Le film avec son environnement sombre, ses bruits d'usine rappelle apparemment le lieu où vivait Lynch et son épouse à l'époque à Philadelphie ..

je suis en train de lire l'article de mon bouquin sur Lynch là ......
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342970
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar phoenlx » mar. juin 20, 2017 8:48 pm

Dans le bouquin que je lis sur David Lynch où ils parlent un peu d'Eraserhead, ils parlent d'une ambiance kafkaienne pour ce film. C'est en effet exactement ce que je cherchais hier, j'arrivais pas à mettre un mot sur cette atmosphère si étrange, c'est à Kafka que ça me fait penser (influence que David Lynch revendique d'ailleurs pleinement, par exemple la fameuse nouvelle La métamorphose dans laquelle un homme est transformé en insecte. Grande oeuvre à connaitre ...)

Image

Une oeuvre à multiples interpretation aussi d'ailleurs, et qui a sans doute inspiré pas mal de films notamment le film La mouche de David Cronenberg, et même le manga Tokyo Ghoul (d'après ce qu'ils disent sur wikipédia mais je n'aurais pas forcément tilté ; maintenant c'est vrai qu'il y a des points communs)
sur la fiche wiki de la métamorphose parmi les autres oeuvres inspirées de La métamorphose de Kafka ils évoquent aussi (Le garçon scarabée) dans laquelle un garçon est transformé en scarabée (ça pourrait t'intéresser ça scarabée :lol: )

A part ça, pour en revenir à Eraserhead, l'accouchement monstrueux qu'on voit dans le film pourrait être symboliquement aussi l'accouchement du cinéaste avec son art (c'était son premier film ne l'oublions pas ^^ )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Myrdred
La palestre
La palestre
Avatar du membre
Messages : 6611
Enregistré le : dim. nov. 22, 2009 10:05 pm
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar Myrdred » mar. juin 20, 2017 9:17 pm

phoenlx a écrit :plus tard en 1973 son école l'AFI a arrêté de financer


Après avoir une scène du film, ce qui ne m'étonne pas trop, qui aurait investi dans une horreur pareille destinée à un public très restreint ?
Je préfère les trésors de mon esprit à toutes les richesses de la terre.

"...he had sacrificed much in pursuit of the Ultimate Truth... a permanent chair at the University of Covenant... a seat in the King's court... and, there was no denying it, his soul."


Obey Me !



phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342970
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Eraserhead (Labyrinth Man, de David Lynch)

Messagepar phoenlx » mar. juin 20, 2017 9:53 pm

:rire: oui c'est sûr que c'était une sacrée prise de risque
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !


Retourner vers « Films/séries multigenres, inclassables »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité