Page 1 sur 1

The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : mar. juin 09, 2020 9:28 am
par phoenlx
Image

The Last Druid: Garm Wars est un film live de science-fiction réalisé par Mamoru Oshii (le réalisateur de Ghost In The Shell, Avalon, Sky Crawlers) sorti en 2014

Il s'agit du premier film du réalisateur en langue anglaise. A ce jour aucune sortie française n'est encore prévue, malheureusement.

synopsis :
Dans un monde appelé Annwyn où des soldats clones de trois tribus militaires se livrent a une guerre aérienne, terrestre, et technologique sans fin, un clone nommé Khara va s'extraire hors de la bataille et se retrouver en cavale avec un groupe de compagnons improbables de différentes tribus. Tous vont alors se questionner leur propre existence.


Trailer du film :


Image

Au casting, nous retrouvons l'acteur canadien Kevin Durand, l'acteur américain Lance Henriksen (qui jouait notamment le cyborg Biship dans Aliens de Cameron) , ainsi que Melanie St-Pierre dans le rôle de l'héroine du film (Khara), fille avec des armes lourdes et une coupe au carré, un style d'héroine que semble apprécier beaucoup le réalisateur quand on se souvient un peu de Ash dans Avalon, ou du major Kusanagi dans Ghost in the Shell, voire de certaines héroines du film Assault Girls, on retrouve ici un peu la même logique.

Image

Comme évoqué plus haut, c'est le premier film d'Oshii en langue anglaise, la plupart des autres films de Mamoru Oshii sont soit des films d'animation soit des films live en japonais, à l'exception d'Avalon (sorti en 2002) qui était tourné en Pologne avec des acteurs polonais parlant polonais. Sur Garm Wars, il a tourné avec une équipe moitié japonaise, moitié canadienne.

La direction artistique est confiée à David Blanchard, les décors à Ted Samuels, la photographie à Benoit Beaulieu.
La musique quant à elle est l'oeuvre du célèbre compositeur japonais Kenji Kawai (qui accompagne Mamoru Oshii sur bon nombre de ses films, il a aussi composé les musiques cultes de Ghost in the shell 1 & 2, d'Avalon, de The red spectacles etc)

Le film est produit par Bandai Visual, Nakamura Group Advantage et Production I.G (société productrice de la plupart des films d'Oshii)

A noter que comme dans tout bon film de Mamoru Oshii qui se respecte, nous avons encore un chien basset (l'une des grandes passions du réalisateur :mrgreen: )

Image

Image

d'autres images (en commençant par une affiche en allemand)

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : mar. juin 09, 2020 1:36 pm
par SauronGorthaur
Je ne sais pas ce que ça vaut, mais visuellement, c'est un peu nanardesque je trouve :transpire:

Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : mar. juin 09, 2020 1:38 pm
par phoenlx
oui ça fait nanardesque mais comme plusieurs films live de oshii :lol: autant il excelle sur les films d'animation lui, autant sur le cinéma live (à part Avalon) je trouve que c'est assez compliqué mais pourtant, il semble adorer ça, depuis plus de 20 ans il remet ça sans arrêt :lol:

mais ceci dit, celui-ci ne semble pas le plus mal apprécié (contrairement à Assault Girl et quelques autres)

Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : mar. juin 09, 2020 9:35 pm
par Scarabéaware
Et si tu t'attendais à un film avec des druides bien celtes de leur état en voyant ce topic Sauron je pense que c'est raté :rire:.

N'empêche on aura su qu'il avait eu un peu le béguin pour l'actrice de Avalon, j'imagine que ça a du être pareil pour Mélanie St Pierre ici et qu'elle doit être particulièrement bien mise en valeur :mrgreen:.

Bon pis même si c'est certainement pas du chef d’œuvre y a de quoi avoir envie de tenter le truc quand à voir ce qu'il a implémenter sur le fond et fait encore dans le fantasme avec l'héroïne :mdr:.

N'empêche y a de quoi être bien intrigué par la fille qu'on voit au début aussi, et ce film il doit y avoir de l'influence des jeux vidéo là aussi à voir comme ça...

Dans tous les cas quand à du film live ce serait bien qu'il nous en refasse un à la hauteur d'un film comme Avalon plutôt que se faire tranquillement son délire avec du sens sur le fond pour lui mais qui n'est pas suffisamment bon pour être largement conseillé comme il faut :lol:. Enfin bon, au moins on peut pas lui reprocher de faire des expériences quitte à ce que ça fasse perdre de l'argent, que ce soit des prises de risques bonne à éloigner les masses :rire:.

Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : mar. juin 09, 2020 9:39 pm
par phoenlx
Je ne sais pas si tu as vu les deux vidéos que j'ai posté hier dans le topic sur Kerberos Panzer Cop (d'un youtubeur qui parle de toute cette saga) dans la deuxième vidéo il revient aussi sur d'autres films live qu'il a fait comme The Talking Head, Asssault Girls et celui-ci, et pour celui-ci il a l'air de dire qu'il a bien aimé ;
donc j'ai un peu confiance, ça me donne envie de le voir :mrgreen: d'ailleurs si jamais tu trouves le lien je suis preneur (je l'ai trouvé sur Dailymotion, mais j'aimerais le télécharger, tu aurais pas une technique ? avec mes logiciels je n'arrive pas)

Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : mar. juin 09, 2020 10:48 pm
par Scarabéaware
Si justement j'ai vu et commenté à propos, c'est vrai qu'il le considère pas trop mal.
Oui puis attends j'ai un lien justement, vais te le mettre :mrgreen:

Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : mar. juin 09, 2020 10:49 pm
par phoenlx
super !!

Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : dim. juin 21, 2020 7:35 pm
par phoenlx
En fait ce film bien qu'il soit sorti en 2014, était en gestation dans l'esprit de Mamoru Oshii depuis bien avant.

On peut apprendre dans le livre de Julien Sévéon sur Mamoru Oshii et son cinéma qu'à la base, il s'agissait d'un projet initié par la firme Bandai au même titre que le fameux Steamboy de Katsuhiro Otomo.
Les deux films, Steamboy et celui d'Oshii devaient sortir plus ou moins au même moment (au début des années 2000) dans le cadre du "Digital Engine Project", un projet censé démontrer le talent et le caractère unique des productions japonaises aux yeux du monde en posant les bases de l'animation du futur. il devait mélanger animation, scènes live, 2D, 3D, techniques révolutionnaires. Le film devait d'ailleurs s'appeler G.R.M - the record of Gar Wars (et être imprégné à la fois d'une atmosphère de fantasy et de space opera, avec des personnages reliés à des ordinateurs un peu comme dans Ghost in the shell. Il était prévu d'y inclure des références celtiques et à la Matière de Bretagne, clin d'oeil à la légende arthurienne etc).

Oshii commença ainsi à travailler avec son scénariste Kazunori Itô sur ce film (qui l'accompagna sur plusieurs de ses films, patlabor 1 et 2, the red spectacles, Ghost in the shell, Avalon, et qui est connu aussi pour être scénariste sur Maison Ikkoku (l'anime connu chez nous sous le nom Juliette je t'aime) ou encore la trilogie Gamera des années 90, et aussi le Nécronomicon co-réalisé par Christophe Gans (Ito a scénarisé le second segment)
Oshii recruta aussi Jun Suemi au chara design, Takashi Watanabe (réalisateur entre autre de Boogiepop Phantom) à la direction artistique, et évidemment l'incontournable Kenji Kawai à la musique ^^

Malheureusement pour des raisons de budget le film fut arrêté en pleine production et Mamoru Oshii s'est retrouvé encore une fois orphelin de ce projet (qu'il reprit finalement beaucoup plus récemment sous le nom The Last Druid : Garm Wars, car le contexte était apparemment un peu plus favorable au début des années 2010). Mais à l'époque une grosse partie de l'équipe de G.R.M - the record of Gar Wars s'en alla du projet et parti travailler sur Gamera 3 (troisième film de la fameuse trilogie Gamera initiée dans les années 1990)

Oshii quant à lui décida aussitôt de rebondir sur .. Avalon ! D'où au passage un certain parfum celtique et Matière de Bretagne qui imprègne aussi son Avalon (référence à Arthur, à l'ile d'Avalon, à la quête du Graal etc) Cet aspect là du film Avalon, il faut le savoir, il vient un peu d'une tentative de faire un "Garm Wars" différemment.


Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : dim. juin 21, 2020 9:38 pm
par Scarabéaware
Ah tiens d'accord, intéressant ce cheminement avec un peu de déviation qui l'aura fait venir à nous produire l'excellent film qu'est Avalon :D. Bon pis du coup s'il n'avait pas été arrêté par rapport au budget quand au projet de base, y a de quoi se demander ce que ça aurait pu donner comme expérimentation.
Bref, bon à savoir tout ça, puis tiens ça fait penser aussi qu'il faudra s'occuper un peu des Gamera aussi :siffle:.

Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : dim. juin 21, 2020 9:49 pm
par phoenlx
ba moi j'ai vu le premier de cette trilogie mais je cherche à voir les autres

Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : lun. juin 22, 2020 7:41 pm
par phoenlx
Bon alors je viens de voir ce bazar :mrgreen:

c'est très étrange comme film. Je ne saurais trop comment vous présenter ça car en plus, c'est bizarrement raconté, il m'a parfois perdu
Au niveau de l'esthétique, c'est à la fois charmant, et par moment ça fait vraiment série B. Il y a des passages du film parfois longs où on se croirait un peu dans des oeuvres comme Assault Girls, on est loin de l'impact que peut avoir un Avalon ou un Ghost In The Shell 1 et 2 je trouve (ou même L'oeuf de l'ange et ce genre d'oeuvres d'Oshii qui ont largement marqué leur temps, même si certaines sont très hermétiques)

Là ça fait un peu série B. Malgré tout, le film est doté d'un certain charme.
Nous avons affaire à 3 armées qui s'affrontent sur une planète, avec des soldats clones. La raison de ce conflit est mystérieuse et le reste jusqu'à la fin désolé du pseudo-spoiler :lol: ) ça m'a un peu laissé sur ma faim je dois dire. Les personnages s'interrogent sur le sens de tout cela, et de leur vie de clones, les dialogues sont assez fumeux, bref, c'est du Oshii mais un peu poussé à l'extrême je trouve (pas forcément dans le bon sens du terme comme pour Innocence que j'adore justement pour ses réflexions profondes)

Là en voyant ce film j'ai surtout l'impression de voir un machin où Oshii a voulu se faire plaisir avec plein d'éléments ajoutés
-> d'une part le chien !! encore une fois on a un basset et il est très souvent présent ! c'est carrément une sorte de dieu dans ce film (et il existerait plusieurs chiens-dieu de ce type, si j'ai bien compris)
alors le chien, je l'ai trouvé très attachant et il m'a aidé à tenir tout comme la fille qui est belle sinon je dois dire que j'aurais eu un peu plus de mal :lol:

--> l'actrice canadienne, coupe au carré, avec son gros gunn, son côté un peu Ash (elle rappelle l'héroine d'Avalon) : là encore, on sent que Oshii s'est fait plaisir, c'est apparemment son style :mrgreen:

--> on voit aussi pas mal de véhicules militaires notamment des tanks (et là encore quand on sait la passion qu'entretien Oshii pour ce type de véhicules militaires, c'est pas étonnant, un peu comme dans Avalon - mais en moins marquant tout de même - il s'en donne à coeur joie avec eux.
On a aussi des engins différents notamment volants, et je dois dire que la bataille du début du film est prenante, la musique de Kenji Kawai (excellente encore une fois) joue beaucoup

--> pas mal de petites choses (qui pourraient paraître du détail au spectateur non averti) rappellent la patte Oshii, je pense notamment à certains plans contemplatifs, notamment à un plan avec des oiseaux, et bien sûr la musique de Kawai qui donne au film une emprunte sonore très typique de ses films.

J'ai d'ailleurs adoré la musique, pour moi c'est l'un des points forts, comme pour Avalon, comme pour Ghost in the shell même si ces films sont loin de se résumer à une belle BO. Là malheureusement, on a plutôt de la série B à se mettre sous la dent.
Ce n'est pas inintéressant car malgré tout, on a des scènes épiques avec des combats aériens, on a des personnages qui se questionnent sur leur monde, leur essence. On a aussi un personnage qui se dévoile en fin de film (celui qui rappelle un peu le ghost d'avalon mais qui là en fait, se met à avoir une structure beaucoup plus complexe et inquiétante) qui est marquant. La scène où il devient une espèce de tête sur une structure serpentiforme métallique a de quoi faire plutôt froid dans le dos.

On a aussi des scènes dans une forêt (qui dégage clairement quelque chose, comme un parfum celtique et un peu humide) avec l'apparition de sortes de géants métalliques et ma foi, c'est pas mal même si on sent malgré tout que le film manque encore de moyens.

Je pense que ce film a les bases pour être un très bon blockbusters. si les américains le reprennent un jour, on devrait avoir quelque chose qui marque le public davantage mais qui malheureusement, perdra assurément l'adn d'oshii et ce n'est pas certain non plus que ce soit souhaitable.
Je reste donc sur ma faim. je crois qu'on aurait pu assister à quelque chose de très fort mais on a visiblement affaire à un monde complexe, parsemé de références au monde celte, avec différentes factions, or, 1heure 30 pour présenter tout ça c'est trop peu. D'autant qu'en pur film de Oshii on se retrouve avec de longues minutes sur des dialogues abscons, des scènes contemplatives (non dénuées de beauté et d'intérêt en soi) mais qui du coup, laissent filer le temps et à la fin on se dit un peu "tout ça pour ça"

Le ton est aussi assez pessimiste, limite nihiliste, je ne vais pas vous spoiler la fin mais on dira juste que ce n'est pas vraiment de la happy end.

Ca sent aussi un peu trop les CGI, j'aurais aimé ressentir un peu plus du dur.
Je suis très partagé. Honnêtement. C'est le genre de film, je suis sûr que si les gens de ce forum le regardent en masse, environ 70% vont trouver que c'est au mieux un semi-nanard attachant (sans plus) au pire un naveton sans grand intérêt à part l'actrice et ses belles musiques (bon et les amoureux des toutou comme moi ne manqueront pas de noter le côté attachant du chien :lol: )
Etant un grand fan du cinéma de Oshii, je fais partie des 30% restants, qui malgré tout, reste clairement sur sa faim.

S'intéresser à un cinéaste, l'aimer, c'est aussi accepter le bon, le moins bon, l'inachevé, l'expérimental. Cette oeuvre est clairement expérimentale, on sent que ce n'est pas une oeuvre de commande. Oshii comme je l'expliquais plus haut (et comme Sévéon l'explique dans son bouquin) a commencer à travailler dessus après Ghost in the shell, soit dans les années 90. Puis a du être contraint de l'abandonner pour la reprendre plus tard. Et comme la raison invoquée à l'époque était apparemment le manque de moyens, on pourrait se dire que 15 ans plus tard, une oeuvre monstrueuse émergerait.
Ne vous attendez pas à ce chef d'oeuvre potentiel. C'est un petit film expérimental charmant sous certains côtés mais bourrés de défauts. Avec des longueurs (par moment on a envie de regarder la montre) ; un film attachant malgré tout quand on aime le cinéaste, je vais me répéter mais les musiques de Kawai c'est décidément l'un des gros points forts du cinéma d'Oshii, ce compositeur est génial :super:

Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : lun. juin 22, 2020 8:48 pm
par Scarabéaware
Peut être qu'à un moment on verra venir quelque chose qui pourra compléter ce film, si ça se trouve il aurait encore à travailler sur cet univers et que ça en devienne un film introductif :mdr:. Faudra que je vois aussi à mon tour en tout cas.
Bon pis alors le côté mystérieux du conflit, ça a de quoi nous laisser à nos propres réflexions sur la possibilité du pourquoi du comment.

Mais alors quand à ce que t'en dis, c'est marrant ça que le Basset soit un chien-dieu :lol:, là c'est bon, plaisir maximum accompli sur ce point :super:. Ah pis au moins s'il s'est fait plaisir c'est déjà l'important, après à nous d'entrer dans sa composition lol.

Enfin bref, je verrai dans les prochains jours et qu'on en discute bien :D.

Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : lun. juin 22, 2020 8:58 pm
par phoenlx
oui c'est un dieu le basset mais il fait pas grand chose, à part remuer la queue, se dandiner, pissoter à un moment, léchouiller le visage de l'héroine, et parfois faire le beau, mais c'est marrant :lol:

Re: The Last Druid: Garm Wars (de Mamoru Oshii)

Posté : ven. juin 26, 2020 2:27 pm
par Scarabéaware
Allez, j'ai pas trop tardé, je l'ai vu hier soir du coup :mrgreen:.

C'est un film qui effectivement peut laisser pantois mais déjà y a de quoi apprécier pour l'esthétique, on a un travail de l'image intéressant, une bonne B.O. de Kenji Kawai, nous en avons la brume, la quête d'individus perdus au milieu de ce bas monde et nous le sommes autant qu'eux à ne pas tout saisir mais percevoir quand même quand à ce qu'ils recherchent. C'est aussi du patchwork sur le plan mythologique et je vais un peu revenir la dessus mais au regard de ça, je dirais qu'il y a de quoi avoir l'impression qu'en ayant énormément donné sur d'autres de ses œuvres et malgré qu'il y avait eu la naissance de l'idée de faire un tel film depuis un moment, sur ce coup Oshii se repose peut être un peu sur ses lauriers et se contente donc du fait qu'on est censé le connaître. Donc en tant que fan c'est bon on peut ressortir de l'interprétation en fonction de lui sans qu'on ait forcément beaucoup plus d'information, il peut se permettre d'aller dans un extrême. Sauf qu'il aurait été bon d'avoir un peu plus de contextualisation tout de même. Bien sur après il est indéniable qu'il s'est fait un petit plaisir assez tranquillement, mais ça c'est façon de dire lol. Mais disons que Assault Girls et ce film ça a certainement plus tranquille à réaliser que Avalon et qu'il ajoute des petits touches à ses développements.

Maintenant avant d'aller sur certaines remarques je vais évoquer au moins un autre élément du côté mythologique. Nous avons bien sur un parfum celtique mais ça emprunte à d'autres mythes. Il est marrant bien sur de voir l'exploitation qui est fait du Basset Hound à en faire un animal sacré ayant un caractère divin, ça c'est sur il s'est fait le grand plaisir avec ce que cette race de chien symbolise pour lui mais il est bon également de relever le nom, GULA. C'est le nom de la principale des déesses de la guérison en Mésopotamie antique comme on peut l'apprendre sur la fiche wikipédia et elle possède comme animal symbole un chien :D.

Image

Le genre de déesse qu'il peut avoir de quoi apprécier du coup avec un tel animal symbole et que lui reprenne le mythe via le Basset Hound ^^.
Ensuite on peut aussi relever le nom des tribus, je vais pas le faire avec toute mais par exemple si on se penche un peu sur Briga on peut voir qu'il s'agit du nom d'une ville gallo-romaine : https://fr.wikipedia.org/wiki/Briga. C'est l'ancien nom romain de la ville d'Eu en Seine-Maritime. C'est aussi intéressant de voir que avec ce parfum celtique il place donc un peu de référence au gallo-romain. Nous avons aussi Columba, là y a de quoi bien supposer la référence à la Colombe et peut être la constellation de la Colombe située au sud du Grand Chien :mrgreen:. J'ai regardé un peu pour Kumtak aussi mais je vois pas trop de quoi il en ressort en voyant comme ça, ce serait à creuser un peu plus.

Enfin bref, voila un peu pour ces noms que j'ai relevé avec les 3 tribus restantes sur 8. Après ça, je passe au plus marrant si vraiment ça fait référence à ça, c'est le nom de l'héroïne :D. Khara, à quoi ça fait référence ? On connait le studio Khara qui appartient à Hideaki Anno et qu'il a fondé en 2006 spécialement pour les films Evangelion, mais il y a autre chose qui se nomme Khara et c'est...une marque de shampoing et après shampoing pour chiens et chats :rire: : https://www.auberdog.com/marque/129/khara

Je ne serais pas étonné du tout si on apprenait qu'il utilise les produits de cette marque pour son chien :lol:.

Enfin voila, je reviens pas sur tous les termes que l'on peut entendre mais dans tous les cas ça fait une certaine composition et une multitude de références qui forment tout un patchwork.

Autrement le moins que l'on puisse dire c'est que nous sommes dans une étrange déambulation à suivre tout ce petit monde qui n'est plus que l'unique représentant de sa génération de clone et que nous soyons aussi démunis qu'eux quelque part à ne pas trop savoir quel est ce monde dans lequel ils évoluent et pourquoi il y a ces affrontements incessants dont la raison leur échappe. D'ailleurs sur les affrontements on passe rapidement sur la confrontation avec l'introduction qui nous distille quelques infos mais assez peu, et l'ensemble du film forme une introduction en fait mais aussi un pan de réflexion qui est certainement à raccorder à d'autres choses. Ainsi on s'intéresse si on peut dire à l'exploration qui s'ensuit avec la troupe qui se réunie, cherchant comme une terre promise et je dirais même faisant sa quête du graal pour se sortir de leur condition à ne pas avoir d'autres souvenirs que ceux qu'ils ont alors qu'ils devraient en avoir d'autres. Leur vie à quelque chose de froid, elle leur échappe et du coup c'est la quête de ce qu'ils sont, sauf que c'est vraiment pas évident dans ce contexte où c'est comme s'ils étaient une coquille vide. Une coquille qui ne connait pas tellement la chaleur humaine, chaleur que justement le Basset est capable de procurer :super:. J'aime bien le petit dialogue à ce propos, c'est peut être fumeux mais voila, c'est dire l'importance du réconfort que peu avoir un animal en ce bas monde empli de sinistrose avec une humanité qui a de quoi rendre d'autant plus misanthrope.

Du coup voila, ils cherchent à sortir de leur caverne pour espérer connaître des réponses mais elles ne viennent pas. On sait pas énormément de choses au final et pourtant derrière tout ça, déjà si on pense à la guerre, on a ce fait qu'elle s'éternise, on a du cycle, de quoi en perdre la raison du pourquoi du comment. Ce que l'on peut nous aussi se demander des fois à force de conflits, bien sur l'Histoire nous enseigne certaines choses et de y a de quoi comprendre avec la géopolitique mais on peut perdre le sens d'un conflit au bout d'un moment à ne plus savoir bien pourquoi on bataille de la sorte. C'est se perdre dans le conflit alors qu'il serait possible de prendre un autre sens que celui là, que ça cesse une bonne fois pour toute plutôt que de continuer inlassablement à se faire la guerre alors que la paix pourrait être possible mais ça faut que tout le monde soit d'accord. Enfin bref, y aurait beaucoup à dire quand à ce à quoi on ne pourra jamais mettre fin à moins d'opérer un choix radical. Quoi qu'il en soit on peut relever la thématique des combats qui n'en finissent pas et sont un éternel recommencement, comme s'il existait une boucle temporelle ou les évènements se suivent sans forcément se ressembler comme des clones. Après voila y a les divergences, l'expérience, mais là avec les clones on entend de la boucle et qu'il s'agit de sortir de ça pour tracer une ligne droite :mrgreen:.

Puis autrement à ce qu'on soit dans un monde qu'on appréhende difficilement, que ça reste obscur et qu'il y aurait de quoi apprécier un développement plus important quand à tout ceci, on peut s'interroger quand à savoir si on ne serait pas sur le serveur d'un jeu vidéo :mrgreen:. Je ne peux m'empêcher de penser à ça, que ça puisse être une matrice, et que les dieux jaloux soient les programmeurs, qui constituent une multitude de personnages avec entre autres les PNJ qui n'ont guère de but à partir servir aux joueurs et là on suivrait des PNJ qui n'ont pas conscience de leur état en fait mais cherchent en s'interrogeant sur leur existence entre autre. Puis quoi qu'il en soit c'est être et être dépassé par ce qui est au dessus de nous, peut tout à fait mettre fin à notre existence comme si nous n'étions que des pions dont on fait ce qu'on veux. Parce que là y a une lutte mais comme toute lutte c'est cyclique avec des victoires mais aussi le fait de se faire écraser sa révolte comme ça a été le cas pour Mamoru Oshii qui néanmoins transmet bien des choses à travers ses œuvres en ancien révolutionnaire qu'il est. On peut toujours voir un miroir avec une situation où y a désir de sortir de quelque chose mais que ce qui est plus puissant que nous ne nous permet pas forcément. Enfin passons et revenons sur le côté vidéoludique, car oui il y a de ce côté là, avec les serveurs qui peuvent être vidés puis effacé, ce serait d'ailleurs pas incongru que le joueur qu'il a été, nous fasse encore une telle itération sans vraiment le signaler, qu'il y ait de quoi deviner par rapport à ce que nous voyons. Après ça peut être tout bonnement de la SF et qu'on soit pas dans un jeu, mais j'ai trouvé un petit côté Final Fantasy par instant, et je me demande si Mamoru Oshii ne serait pas joueur des versions Online, pour ça y a eu le XI et le XIV qui connait toujours des mises à jours et tout. Bref, on a de quoi percevoir quelques aspects qui peuvent être à teneur vidéoludique et que nous ayons visité un serveur complètement déserté avec ses PNJ et que ça vienne à connaître un effacement pour laisser de la place pour d'autres serveurs où la bataille à de quoi continuer avec les joueurs qui s'y trouvent puis qu'ils finissent par aller sur un autre et ainsi de suite, délaissant ce qui se trouve sur le précédent. De quoi l'écraser et on aussi une symbolique avec les géants qui ont de quoi provoquer une apocalypse. Je trouve qu'il y a de quoi aussi en penser un petit peu à l'Attaque des Titans avec tous ces géants assez colossaux :mdr:.

Voila, on peut quand même en ressortir quelques petites choses, mais en se basant sur l'expérience acquise par rapport à Mamoru Oshii. Si on commence par ce film là c'est sur qu'on s'y retrouvera pas du tout mais en ayant un certain bagage on peut le comprendre même s'il y a d'autres choses à voir, globalement ça a de quoi faire un peu de sens. Maintenant c'est pas le mieux qu'il ait fait mais y a de quoi apprécier l'expérience, ce qu'il a proposé au final même s'il aurait pu faire encore plus et pousser loin à nouveau, pas seulement se faire un petit plaisir et qu'on ait à se contenter de le connaître pour la compréhension. Après ça peut faire de l'introductif comme je disais, il pourrait tout à fait développer un peu plus autour, que là on ait quelque chose qui ne demande qu'à être complété et qu'il vienne à nous le faire un jour ce qui serait bienvenue. Puis aussi c'est clairement pessimiste c'est sur mais bon pour autant c'est pas déplaisant avec ce que ça laisse songeur.

Même si c'est loin d'être excellent j'aurai tendance à mettre au moins une note de 13,5 bien qu'il puisse mieux faire mais allez ça a de quoi se valoriser suffisamment quand même pour qu'on mette une note supérieure à 12 :D.