Goshu le violoncelliste (d'Isao Takahata , 1981)

Films d'animation asiatiques. Venez découvrir l'univers des grands réalisateurs japonais : Miyazaki, Matsumoto, Rintaro, Satoshi Kon, Mamuru Oshii ! Pénétrez le monde fascinant des studios Ghiblis ou encore des films d'animation coréens...
Meleor
Les Havres des falathrim
Les Havres des falathrim
Avatar du membre
Messages : 11102
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Goshu le violoncelliste (d'Isao Takahata , 1981)

Messagepar Meleor » dim. juin 07, 2020 7:02 am

Image

Bon j'ouvre un topic sur un film réalisé par Takahata entre 1975 et 1981 sur son temps libre, commencé à réaliser avant Kié mais sorti juste après et qui préfigurera semble t'il la création de Ghibli pour pouvoir être indépendant artistiquement.

Goshu le violoncelliste (セロ弾きのゴーシュ, Serohiki no gōshu?, à prononcer « Gauche le violoncelliste ») est un long métrage d'animation d'Isao Takahata sorti au Japon en 1981.
Le film a reçu le prix Noburō Ōfuji en 1982.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Goshu_le_violoncelliste

Synopsis:

Goshu est un violoncelliste d'orchestre maladroit et timide, toujours réprimandé par son professeur. Il va être aidé dans la préparation de son concert par la visite d'une succession d'animaux : un chat, un coucou, un tanuki et un mulot, chacun lui apportant des vertus telles que la patience, le goût de la communication et la rigueur. Le chat, provocateur, insolent et chapardeur, révèle à Goshu sa faculté d'exprimer sa colère. L'oiseau chantant son fameux « coucou » sur deux notes est un modèle pour Goshu qui tentera de multiples variations sur cet air ; le tanuki approfondit l'enseignement du rythme avec son tambour. Enfin, la souris suppliera Goshu de jouer pour la guérison de son souriceau malade, ce qui sera l'occasion pour Goshu de faire montre de sa compassion et de sa générosité. Ces animaux, dans leur comportement authentique, auront tous contribué, par l'échange, à l'apprentissage intime du jeune héros.







Le gros dossier de buta-connection sur le film:

http://www.buta-connection.net/index.ph ... oncelliste

Ce film est tiré d'une nouvelle de Kenji Miyazawa nommée Gauche Le Violoncelliste en français mais Goshu en japonais mais se prononçant Gauche, nom choisi par le petit frère de Kenji qui devait donc savoir son sens en français pour désigner le coté maladroit et introverti du héros.

Oh! Production a produit le film. C'était une petite société de courts métrages et de séries qui voulait gagner un peu en notoriété en produisant un film de prestige, tout en limitant le poids sur son budget faible. Elle a donc offert un temps illimité à Takahata et son équipe qui ont travaillé quasi bénévolement pendant 6 ans par petites touches sur leur temps libre.

Takahata voulait faire un film sur le Japon bien que à l'époque c'était difficile d'attirer le public japonais avec ce paramètre car par exotisme ils sont trop attirés par l'Occident. Il pensait pas Miyazawa adaptable car chacun est censé s'approprier ses textes et a une vision différente de ces œuvres bien qu'il en avait envie depuis longtemps. Mais le producteur fut si convaincant qu'il finit par convaincre le frère de l'auteur de lui donner les droits et Takahata de réaliser l'adaptation de Gauche qui semblait plus facile à adapter. Il a décidé de le transposer dans le Japon du début du 20e siècle bien que la nouvelle n'indique ni lieu et époque précise.


Diffusion française:

Après plusieurs années de tractations, le film est diffusé de façon confidentielle (19 copies) par Les Films du Paradoxe le 5 décembre 2001 en version doublé afin de toucher un public plus jeune. Toutefois, le film avait déjà été sorti deux mois auparavant par l'éditeur LCJ en VHS et DVD avec un doublage différent.


Voilà qui explique qu'il y ait eu deux doublages différents.

Bon et voici une excellente présentation dans cette vidéo YouTube:


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 343286
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Goshu le violoncelliste (d'Isao Takahata , 1981)

Messagepar phoenlx » dim. juin 07, 2020 9:58 am

il faut à tout prix que je le vois aussi celui-là !!!!
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Chernabog
dieu scellé
dieu scellé
Avatar du membre
Messages : 8449
Enregistré le : mar. juin 16, 2009 6:22 pm

Re: Goshu le violoncelliste (d'Isao Takahata , 1981)

Messagepar Chernabog » dim. juin 07, 2020 12:13 pm

J'avais posté ça sur le topic du réalisateur :

Ce film est sorti quelques années plus tôt que le Tombeau des Lucioles (en 1981) mais n'est arrivé en France que bien plus tard (et il a connu chez nous un destin un peu particulier mais j'y reviendrais plus en détail plus tard).
Là encore, le film adapte une nouvelle, cette fois-ci écrite en 1949 par Kenji Miyazawa. Je ne l'ai pas lu mais d'après ce que j'ai vu sur le net, l'adaptation a l'air là aussi très fidèle.



Goshu est un jeune violoncelliste timide jouant dans un orchestre. Bien que motivé, il a beaucoup de mal à maitriser son instrument mais la visite sucessive d'un chat, d'un oiseau, d'un tanuki (une sorte de blaireau) et de deux souris lui font faire des progrès considérable qui le mène sur la route du succès.




Ce long-métrage (qui ne dure qu'à peine plus d'1h) est dans un tout autre registre que le Tombeau des Lucioles. Il est d'ailleurs, contrairement à lui, très conseillé pour le jeune public (il est régulièrement diffusé dans les classes au Japon).

C'est d'abord une excellente initiation à la musique classique (la symphone Pastorale de Beethoven ponctue toute l'oeuvre) et peut sans doute même créer des vocations chez les enfants. Il est vrai que Goshu, de part sa timidité et sa maladresse, est un personnage auquel on peut tous s'attacher ou même s'identifier et le dur labeur qu'il s'inflige pour se perfectionner est particulièrement crédible.

Une petite touche "Disney" survient avec la présence des animaux parlants qui sont tous très sympathique à leur manière et les métaphore cachées derrière ces scènes sont bien amenées.


Le film a plutôt bien veilli techniquement même si je lui ai trouvé quelques (mais très secondaire hein !) longueurs dans sa mise en scène parfois. Je n'ai pas vu le fim en VO pour l'instant.

Il est temps de parler un peu du destin de ce film dans notre contrée. Il faut d'abord savoir que l'exploitation du film au cinéma a été effectuée par "Les Films du Paradoxe" mais que les droits en vidéo ont été aquis par LCJ. Or, les deux éditeurs n'ont pas réussi à s'entendre (j'ignore les détails concernant cette mésentente par contre, peut-être une histoire de gros sous) sur la VF et du coup, deux doublages du film ont été effectués à la même période !

Le plus connu est celui de LCJ, effectué chez Chinkel avec notamment Yann Pichon sur le rôle de Goshu. Je n'ai pour l'instant pas vu tout le film (hormis des extraits) dans cette VF mais de ce qu'on m'a dit, elle est inférieure à la première quoi que tout de même très correct.

Le premier doublage n'ayant été exploité au cinéma et à la télévision lors d'une diffusion sur le câble (enfin, Les Films du Paradoxe ont sorti un DVD comprenant cette VF mais seulement pour un usage scolaire, impossible de le trouver dans le commerce, tout comme celui de LCJ qui est épuisé depuis longtemps et qui est vendu à ses sommes folles sur le net...), il est moins connu et je n'ai moi même pu l'écouter que grâce à quelqu'un qui a numérisé la bande-son (de la diffusion TV).
Il est en tout cas très bon, comprenant des voix connues comme Christophe Lemoine (qui livre un Goshu très crédible), Henri Poirier sur le chef d'orchestre ou encore Eric Legrand sur le chat et un membre de l'orchestre.



En résumé, Goshu le Violoncelliste est un film, certes un peu anecdotique en comparaison du Tombeau des Lucioles, mais néanmoins fort sympathique et peut facilement constituer un divertissement familial.

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106261
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Goshu le violoncelliste (d'Isao Takahata , 1981)

Messagepar Scarabéaware » dim. juin 07, 2020 6:26 pm

Celui là je compte bien le voir aussi et je crois que j'aurais mieux fait de me prendre le DVD quand je l'ai vu en brocante en fait :siffle:. J'avais vu qu'il y avait que la VF, je l'en ai reposé bien que j'aurais surtout vu la VF, mais donc c'était l'édition des Films du Paradoxe où ils n'ont mis que la VF contrairement à l'autre édition, mais celle là je sens que ça a de quoi encore plus tenir du miracle de tomber dessus à bon prix alors.
Bref, on est pas trop pourvu sur les éditions, ce serait bien si ça pouvait s'arranger avec les premiers films de Takahata comme celui-là.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".

Meleor
Les Havres des falathrim
Les Havres des falathrim
Avatar du membre
Messages : 11102
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Goshu le violoncelliste (d'Isao Takahata , 1981)

Messagepar Meleor » lun. juin 08, 2020 11:04 am

Moi j'ai celle des Films du Paradoxe! :D

Chernabog
dieu scellé
dieu scellé
Avatar du membre
Messages : 8449
Enregistré le : mar. juin 16, 2009 6:22 pm

Re: Goshu le violoncelliste (d'Isao Takahata , 1981)

Messagepar Chernabog » lun. juin 08, 2020 11:43 am

L'édition des Films du Paradoxe n'a en effet qu'une piste VF (le doublage est très bonne facture mais c'est quand même un peu bête...).

L'édition LCJ, la dernière fois que j'avais regardé, ne se trouvait plus qu'à des prix exorbitants...

Meleor
Les Havres des falathrim
Les Havres des falathrim
Avatar du membre
Messages : 11102
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Goshu le violoncelliste (d'Isao Takahata , 1981)

Messagepar Meleor » mar. juin 23, 2020 1:18 am

Par rapport à la nouvelle Takahata rajoute de nombreux passages pour nous montrer la vie quotidienne de Goshu très caractéristique de son cinéma car la nouvelle enchaine les visites des animaux sans transitions! Donc Takahata étoffe beaucoup le récit et pour les scènes de musique il les sublime de façon contemplative un peu à la Fantasia avec des séquences visuelles oniriques absentes de la nouvelle!

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106261
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Goshu le violoncelliste (d'Isao Takahata , 1981)

Messagepar Scarabéaware » lun. juil. 27, 2020 9:51 pm

Je me le suis vu hier soir du coup :D.

C'est du petit film très sympathique que signait ici Takahata en adaptant cette nouvelle de Kenji Miyazawa qui fait une belle petit ode à la musique via une part d'apprentissage qui nous est présentée là, il s'agit de murir dans la manière dont on appréhende la musique. Du point de vue de l'animation ça présente une bonne patte, l'ensemble des décors forment des tableaux dans lequel évolue le héros, Goshu, violoncelliste de son état et qui se reçoit quelque reproche du chef d'orchestre durant les répétitions.

A travers cette histoire il se dessine ainsi une bonne petite fable à ce que devant s'améliorer, nous le voyons visité par des animaux tels qu'un chat, un oiseau, un Tanuki (Blaireau c'est de la mauvaise traduction lol) et deux souris. Chaque visite est l'occasion de passer par une petite leçon et évoquer des éléments de la musique entre le vibratoire, la rythmitique, la coordination ou disons l'harmonie pour finalement aller sur les bienfaits de la musique, la musique qui a de quoi faire grand bien à quiconque écoute une belle mélodie, de quoi donner du baume au coeur :D.

J'aime assez la teneur que ça en a tout en rendant hommage à la musique classique et particulièrement Beethoven dont nous avons le portrait en prime lol. C'est simple, court mais tout à fait efficace, on pourrait en demander un petit peu plus mais ça se suffit très bien pour le message qui passe et l'incitation à progresser, travailler en y mettant de l'âme, qu'on en communique avec le public et non être un interprète froid qui ne transmettra pas grand chose. La technique c'est une chose mais ça ne fait pas forcément tout. Bien entendu avec ce film on est loin de l'excellence d'autres films de Takahata tels que Le Tombeau des Lucioles ou Le contre de la princesse Kaguya mais c'est tout de même du très sympathique à connaître et qui vaut bien le détour :D.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Meleor
Les Havres des falathrim
Les Havres des falathrim
Avatar du membre
Messages : 11102
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Goshu le violoncelliste (d'Isao Takahata , 1981)

Messagepar Meleor » ven. juil. 31, 2020 10:33 pm

On réentend cette musique dans Mes Voisins les Yamada avec même le coucou! :mrgreen: :saute: :saute: :saute: :saute: :saute:

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106261
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Goshu le violoncelliste (d'Isao Takahata , 1981)

Messagepar Scarabéaware » ven. juil. 31, 2020 10:46 pm

Ah tiens, faudra que je revois pour le passage :mrgreen:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".



Retourner vers « Films d'animation »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité